Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par Amalia - le 15/12/2014
1ere L, Napoléon,
L'Aigle

Note de la classe (4 votes)


Nombre de visites : 9

Burn After reading

Burn-after-reading

Tout commence par le renvoi de l’analyste Osbourne Cox (John Malkovich) par la CIA pour cause d’alcoolisme. Celui-ci
décide de rédiger ses mémoires en étalant tout ce qu’il sait à propos de la CIA ; sa femme Katie (Tilda Swinton), une femme de nature plutôt sérieuse, envisage de divorcer et entretien une relation avec Harry Pfarrer (George Clooney), un erotomane ayant besoin de faire un jogging après avoir fait plus ample « connaissance » avec sa partenaire.
Katie copie les comptes et le début des mémoires de son mari sur une disquette pour divorcer mais elle l’oublie dans son club de gym, c’est là qu’entre en scène Chad Feldheimer ( Brad Pitt) employé dans le club de gym, il trouve la disquette. Ayant la maturité d’un enfant de cinq ans, Chad tente de faire chanter Cox pour obtenir de l’argent contre la disquette et le donner à Linda Litzke ( Frances McDormand) elle aussi employée dans le club de gym afin qu’elle subisse sa chirurgie esthétique qui selon elle changera le cours de sa vie. Malheureusement pour elle, Cox ne se laisse pas facilement avoir et cela ne s’arrange pas avec l’intervention de Chad se faisant passer pour un certain « Mister Black ». Linda tente de se tourner vers les services secrets russes ( petites références aux tensions causées lors de la guerre froide). Le spectateur découvrira de lui même la suite de ce scénario où s’enchaînent les péripéties toutes aussi absurdes les unes que les autres.

Dans cette parodie de film d’espionnage, les frères Coen n’ont pas hésité à rendre de grands acteurs hollywoodiens ridicules, qui se sont eux d’ailleurs très bien prêtés au jeu, lorsque nous voyons John Malkovich, par exemple, en pantoufles pendant presque tout le long du film ou encore lors de gros plans sur les visages des acteurs afin de souligner leur défauts.

Deux univers s’opposent, celui de la CIA où les espions ne comprennent rien et celui du club de gym où les employés se mêlent de tout. Un scénario farfelu qui nous livre une image négative du cinéma américain.
Mais l’humour noir des frères Coen que l’on retrouve dans ce film ne nous laisse pas sans rire, l’ironie et le second degré servent à désorienter le spectateur et à maintenir le suspense tout au long de cette histoire qui n’a aucune cohérence.
Burn-after-reading est un film qui sort de l’ordinaire et qui mérite d’être vu par un public qui ne manque pas d’humour.

Burn After Reading de Joel et Ethan Coen
Film américain. Avec George Clooney, Frances McDormand, John Malkovich, Tilda Swinton, Brad Pitt. (1 h 35.)