Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par D-lesage - le 15/12/2014
1ere L, Napoléon,
L'Aigle

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 6

Burn After Reading

Synopsis :

Un analyste de la CIA, Osbourne Cox (John Malkovich) est renvoyé, selon ses supérieurs, à cause d’un penchant pour l’alcool . Il décide alors d’écrire ses mémoires dans lesquels il raconte, sans tabou, tout ce qu’il a fait dans sa carrière. Sa femme (Tilda Swinton) prépare secrètement leur divorce, séduite par un ex-policier paranoïaque et charmeur (George Clooney), et enregistre dans un CD la plupart des informations personnelles (comptes bancaires etc...) mais aussi les mémoires de son futur ex-mari. Ce CD va malencontreusement tomber dans les mains de Chad (Brad Pitt) et Linda (Frances McDormand), deux employés naïfs d’un club de gym qui vont avoir la "fabuleuse idée" de faire chanter Osbourne Cox.

Burn After Reading est clairement une parodie du film d’espionnage qui oppose deux univers presque parallèles : la CIA et un club de gym. Les acteurs sont l’ombre d’eux mêmes avec un John Malkovich vulgaire qui passe son temps en pyjama et en pantoufle.George Clooney joue le rôle d’un séducteur avide de sexe, paranoïaque et on peut le dire loin,très loin d’être comme les policiers habituels des films américains. On retrouve aussi un super Brad Pitt jouant le rôle d’un jeune homme attardé qui sirote constamment son milk shake, c’est une des choses qui prouve l’immaturité du personnage joué par Pitt. Les hommes prennent un coup dans ce film parce que l’espion est finalement une espionne. Dès que Cox démissionne sa femme prend des initiatives, secrètes, pour préparer son divorce, jusqu’à même recruter quelqu’un pour observer son mari. Il va falloir attendre le"grand tournant" du film pour qu’actions et péripéties,qui ne sont pas si nombreuses, se mettent en place. Cela suffira tout de même pour justifier une incapacité de la CIA dans une affaire sans queue ni tête.

En dépit d’un très bon casting Burn After Reading reste un film, contre toute attente, banal et avec un humour quelque peu "nunuche". Vous voulez "pouffer de rire", vous changer les idées avec de la comédie, regardez un autre film.