Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Morse

Tomas Alfredson - Suède - 2009

Critique publiée par Tyrannosaure61 - le 15/03/2014
AP critique cinématographique, LPO Mézeray,
Argentan

Note de la classe (12 votes)


Nombre de visites : 33

Morse et morsures

Morse, film fantastique suédois de Tomas Alfredson raconte l’histoire d’une jeune fille vampire de 12 ans nommée Eli . Ses 12 ans, elle les a depuis plusieurs centaines d’années. Ayant un si grand âge, il n’est pas choquant qu’elle soit accompagnée et, forcément, son mari a vieilli et donc semble être son père. On va découvrir que ce vieux monsieur tue des hommes pour nourrir Eli. Il finira par mourir lui aussi et devenir un des repas d’Eli. Elle va ensuite faire la rencontre d’Oskar, un garçon de 12 ans, harcelé par ses camarades . Ils finiront par se lier d’amitié et peut-être d’amour...
Morse est un film plutôt captivant avec des effets spéciaux discrets néanmoins très réussis, c’est une très bonne adaptation du roman Laisse-moi entrer de John Ajvide Lindqvist. Le choix des acteurs est réussi avec Kare Hedebrant dans le rôle d’Oskar et Lina Leandersson dans le rôle d’Eli. En ce qui concerne le secret d’Eli, les indices sur sa vraie nature sont ponctuels et discrets, ils peuvent être visuels et sonores comme quand elle marche pieds nus dans la neige ou qu’elle émet des bruits d’animaux. On peut observer le respect des légendes de vampires avec, par exemple, la sensibilité au soleil. Il y a certains des personnages dont le rôle n’est pas très compréhensible comme le mari de la femme attaquée par les chats. Elle joue un rôle important en démontrant la dangerosité des vampires quand ils ne savent pas se maîtriser. Différentes scènes se détachent du film, comme le changement de comportement soudain d’Oskar face à ses camarades, lorsque Eli tue sont protecteur, mais encore lorsque le mari de la femme aux chats pénètre chez elle pendant qu’elle dort et qu’Oskar assiste à sa mort, puis il y a enfin la scène de la piscine où Eli sauve Oskar des mains du grand frère de son camarade harceleur. Comparé aux films de vampires pour adolescents qu’on a l’habitude de nous servir, ce film attachant nous intrigue en dépit de quelques imperfections comme le rythme du film qui traîne un peu trop parfois. C’est une œuvre élégante et originale qui, sans ses quelques faiblesses, frôlerait presque le chef-d’œuvre !