Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Detonateur (Le)

court-métrage d’Andreas Samland - Allemagne - 2004

Critique publiée par lalopsem - le 03/01/2015
AP critique cinématographique, LPO Mézeray,
Argentan

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 12

Le détonateur ; un humour éclatant mais décalé.

Suite à la décision de fermeture d’un jardin ouvrier, en Allemagne, Kupke, un vieil homme assez étroit d’esprit s’associe avec un jeune anarchiste du nom de Chancelier ; ils veulent préserver leur bien, ce qui va entraîner de multiples conséquences.

Dans les années 2000, Kupke et ses amis doivent abandonner leur jardin ouvrier. Ils organisent "un enterrement" du terrain ce qui est assez caricatural et d’un humour typiquement allemand. D’autres personnes s’opposent à cette destruction, Chancelier et ses amis, qui préparent des cocktails Molotov pour faire fuir la police. Cela aurait été suffisant à repousser les autorités s’ils étaient réveillés à temps après leurs gueules de bois. On sent la pointe d’humour du fait que les anarchistes veulent se rebeller contre l’ordre mais sont trop fêtards pour réussir. Au commencement du chantier, les ouvriers découvrent ce qui, à leurs yeux, est une bombe et abandonnent les travaux. Kupke saute sur l’occasion, s’empare du terrain où est l’objet ; et en profite pour faire pression. Chancelier le rejoint mais le vieillard reste réticent à cette idée. Le duo formé, ils créent cependant des liens et on découvre que la fille de Kupke est décédée ce qui, après l’humour, laisse place à une grande émotion. Cela continue de plus belle avec la scène où le père de Chancelier renie son fils pour cause de désobéissance. On voit bien qu’il le prend de haut. Suite aux émotions, retour à l’humour avec Kupke désigné comme un psychopathe, assoiffé de sang par le psychologue Miroslav. Le film se conclut sur Chancelier découvrant la vérité sur la bombe qui est finalement la baignoire de la fille du vieil homme, celui-ci obtient la garantie que les jardins ne seront pas détruits, s’en suit la fuite du duo utilisant la bombe comme moyen ultime d’échapper aux forces de l’ordre.

Dans l’ensemble, le film est très divertissant malgré le début trop caricatural. Nous recommandons donc ce film aux personnes ayant un humour assez décalé.