Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Christine

John Carpenter - Etats-Unis - 1983

Critique publiée par oceane - le 10/05/2014
AP critique cinématographique, LPO Mézeray,
Argentan

Note de la classe (14 votes)


Nombre de visites : 291

Christine, une voiture émancipatrice et tueuse

Christine est un film réalisé par John Carpenter et sorti en 1983.

Il retrace la vie d’un adolescent nommé Arnie Cunningham. Ce jeune homme timide se fait harceler par ses camarades de classe et ses parent le surprotègent. Lors d’une promenade avec son meilleur ami Dennis, il est immédiatement attiré par une voiture à l’état d’épave, couleur rouge vif, prénommée Christine. Son attirance est tellement forte qu’il l’achète avec l’argent destiné à ses études. Très vite il est comme hypnotisé par sa voiture et perd peu à peu contact avec ses amis et sa famille. Il devient agressif quand il s’agit de Christine et la voiture est jalouse de la relation d’Arnie et de sa petite copine.
La voiture va tout faire pour les séparer et pour venger Arnie des douleurs qu’il a subies de la part de certains élèves de son lycée. Cette voiture devient de plus en plus mystérieuse voire dangereuse .

Les paroles de nombreux morceaux à succès des années 50 parsèment le film mais celui-ci ne parvient hélas pas à retranscrire le rythme, ni même l’ambiance de leur époque.

Ce portrait se fait ici à travers un autre, celui de l’adolescence, âge de tourments et de misère morale où, à force de se chercher, des jeunes personnes en viennent parfois à renier leur héritage familial ; il arrive même que ce soit tout à fait justifié dans certains cas : il y a des parents, on le sait, qui se donnent plus ou moins volontairement pour rôle d’empêcher leurs enfants de grandir, ceci afin de reprendre les propres termes d’Arnie dans le film…

Grâce à Christine, celui-ci trouvera son propre chemin vers l’émancipation vis-à-vis de ces parents qui l’étouffent depuis trop longtemps : l’automobile, on le sait aussi, reste avant tout synonyme d’indépendance et de liberté – la preuve en est qu’on obtient souvent sa première voiture bien avant son premier appartement.

Dans l’ensemble , ce film à de nombreux points positifs, les effets m’ont beaucoup plu. L’histoire était originale et bien .