Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Christine

John Carpenter - Etats-Unis - 1983

Critique publiée par abcritique - le 10/05/2014
AP critique cinématographique, LPO Mézeray,
Argentan

Note de la classe (14 votes)


Nombre de visites : 30

Christine ou la jalousie d’une voiture rouge !

Christine est un film d’horreur réalisé par John Carpenter et sorti en 1983, adapté du roman de Stephen King sorti la même année.

Arnie Cunningham, adolescent complexé, tombe un jour sous le charme, en se promenant avec son meilleur ami Dennis, d’une vieille Fury rouge réduite à l’état d’épave, elle s’appelle Christine. Contre l’avis de son ami, Arnie achète la voiture et la remet en état dans un garage. Arnie commence alors à changer de personnalité, devenant plus sûr de lui, allant même jusqu’à inviter la plus jolie fille du lycée, Leigh, au drive-in. Mais la voiture, très possessive, devient jalouse de la petite amie de son propriétaire... Elle essaie d’éliminer la concurrence dans le coeur d’Arnie et Leigh est sauvée de peu. Après ce drame... Elle réagira encore plus violemment à sa destruction par une bande de voyous, se reconstruisant alors toute seule et partant à la chasse de ces derniers. Un par un, elle va les tuer et foncera ensuite sur la seule et unique rivale au travers de sa route, Leigh...

On retrouve a la fin "Chritine" pour une dernière scène... En cube de déchets !

Nous avons trouvé ce film sans réel intérêt pour notre culture générale, en effet l’histoire d’un adolescent qui prend confiance en lui grâce a une voiture est une histoire assez banale, un peu trop fantastique car la voiture qui joue la meurtrière nous paraît être un scénario un peu "tiré par les cheveux" et les technologies pour les effets spéciaux un peu obsolètes. Mais on peut voir que ce film dénonce l’obsession qui peut frapper n’importe qui pour un sujet ( ou une personne) particulièr(e) qui est ici la voiture.