Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par TTbee - le 05/02/2015
Première professionnelle TBEE/TGT, LPO Gabriel,
Argentan

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 26

Burn After Reading

"Burn After Reading" est un film américain réalisé par Joel et Ethan Coen en 2008.

L’intrigue est un peu longue à démarrer car l’élément déclencheur (la disparition d’un cd compromettant), mis en valeur dès le début de la bande-annonce, n’intervient qu’après une trentaine de minutes.
Par conséquent, le spectateur tarde à s’imprégner de l’histoire, sentiment renforcé par le sous-titrage qui ne facilite pas la compréhension.

Toutefois, nous avons beaucoup aimé cette parodie de film d’espionnage.

Premièrement, il est plaisant pour le spectateur de voir deux "sex-symbols" du cinéma mondial, Brad Pitt et George Clooney, "démythifier" leur image de marque en interprétant des personnages pathétiques.
Chad (Brad Pitt) est un écervelé, une caricature de coach sportif qui n’a absolument pas l’envergure de l’espion amateur qu’il doit jouer.
Harry (George Clooney) est un "flic" de bas étage, dragueur compulsif, menteur, paranoïaque. C’est donc un véritable rôle de composition pour George Clooney, très loin de l’image classieuse qui est la sienne à Hollywood.

Deuxièmement, le ridicule de certaines situations provoque un comique de situation fort plaisant.
Ainsi, le sourire idiot de Chad juste au moment précédent sa mort est un moment amusant. De même, la découverte de la machine d’ Harry Pfarrer déclenche l’hilarité générale. Pareillement, la vision surréaliste d’Osbourne Cox, ex-agent de la CIA, courant dans la rue en peignoir après un dirigeant de club de sport, armé d’une hachette, est une scène particulièrement appréciée.

Enfin, ce film offre un point de vue ironique réjouissant sur la société américaine.
En effet, à chacun des personnages est associée une obsession : l’alcool pour Osbourne Cox, l’argent pour sa femme Katie, le sexe pour Harry Pfarrer et la chirurgie esthétique pour Linda Litzke.

En conclusion, "Burn After Reading" est un film très drôle, satirique et intéressant, peut-être le meilleur que nous ayons visionné en trois années de participation au dispositif "Lycéens au Cinéma"