Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Dents de la mer (Les)

Steven Spielberg - Etats-Unis – 1975

Critique publiée par thais - le 11/02/2018
Seconde 510, Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 47

Nous ne sommes en sécurité nulle part.

Les Dents de la Mer réalisé par Steven Spielberg en 1975 est un film de terreur. Chaque détail est réfléchi et rien n’est là par hasard. Il est connu de tous, même 43ans plus tard il a toujours le même impact et provoque les mêmes réactions sur le public. Spielberg, ce grand timide, ne pensait pas être aussi connu est finalement un des meilleurs réalisateurs, scénaristes et producteurs.

Dans les premières images, nous sommes dans la peau du requin. Nous avons l’impression d’en savoir plus que les personnages. Dés le début nous savons que la jeune femme va se faire dévorer grâce à l’affiche où l’on peut voir une jeune femme dans l’eau, les mâchoires d’un requin et la phrase « Elle fut la première ». Mais Spielberg nous fait patienter en nous montrant la jeune femme s’amusant dans l’eau, tout cela accompagné d’une musique que l’on va retrouver souvent. Une fois la jeune fille dévorée nous pouvons voir Brody dans son lit, la mise en scène donne l’illusion Brody vient de rêver de cette action.
La scène où la fille se fait manger est présentée comme le premier acte sexuel de deux adolescents, la jeune fille crie « j’ai mal » pendant que le jeune homme est allongé sur le sable.

La musique est très importante, elle indique la présence du requin. La musique donne vie au requin. Sans la musique ça serais différent. Grâce à elle nous en savons plus que les personnage eux même. Même un silence est significatif quand l’océanologue va vérifier la coque du bateau l’absence de musique nous fait penser que rien se passera dans cette scène alors que la tête morte du capitaine qu’on avait vu partir quelques minutes avant pour capturer le requin surgit du trou.
Plusieurs plans sont entourés de barrières qui nous fait tout de suite penser aux dents du requin. Lorsque les jeunes sont sur la plage, ils sont tous entourés de barrières, comme dans la ville d’Amity, chaque maison est encerclée par des clôtures. Cette représentation de la ville montre que chacun est individualiste et isolé des autres
Les Dents de la Mer peut être coupé en deux parties, une partie où le requin vient sur notre territoire. Et une deuxième partie où les hommes partent en mer sur le territoire du monstre.
Nous avons l’impression de souvent voir le requin mais en fait Spielberg décide de nous montrer le requin très brièvement et rarement. Il choisit de nous mettre dans la peau du requin, nous, le public pour apporter plus de crédibilité aux séquences où le requin est présent. Grâce à ce plan nous voyons quand même chaque mouvement du requin.
Spielberg veut rendre un hommage à Hitchcock en reproduisant le travelling compensé comme dans le film Vertigo. Nous pouvons retrouver ce plan lorsque Martin Brody surveille la plage et que le requin fait son retour.
Le shérif Martin Brody vit depuis peu sur l’île d’Amity. Il se trouve qu’il a une grande phobie, l’eau. Martin Brody a un problème avec les liquides car lors du repas il se sert un verre de vin rouge, rouge comme le sang mais lorsqu’il se sert il noie son vin, il remplit son verre entièrement. Avant il travaillait à New York mais celui ci voulait réussir son travail. Donc il décida d’aller sur l’île d’Amity où l’on peut voir que les problèmes sont moindres jusqu’au jour où le requin vient déranger cette tranquillité. Même sur l’île d’Amity où Martin Brody pense réussir son travail sans problème, les problèmes arrivent.
Le requin arrive et la pêche commence donc, tout le monde pense réussir à capturer le requin sans difficulté mais ce n’est pas si simple. Le requin représente la phobie contre laquelle Martin Brody doit lutter. Quint lui, paraît être la personne la plus forte pour capturer le requin mais la personne qui vas réussir a capturer le requin est Martin Brody. Mais Spielberg a décidé de finir part un plan où Martin Brody nage dans l’eau avec comme dernière parole celle du shérif « quand je pense que j’avais peur de l’eau je vois vraiment pas pourquoi »
Les Dents de la Mer est un chef d’œuvre qui utilise la surprise, le suspense, la musique qui a un rôle très important et en rendant hommage à Hitchcock. C’est pour ces raisons que les Dents de la Mer est toujours aussi connu.