Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Sentiers de la gloire

Stanley Kubrick - Etats-Unis - 1957

Critique publiée par manon1 - le 23/01/2018
Seconde 510, Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 8

Châteaux ou tranchées

En 1957 Stanley Kubrick sort « Les Sentiers de la Gloire ». Il sortira tardivement en France car la guerre d’Algérie est en train d’éclater et le gouvernement français ne veut pas créer de polémique, il serait vécu comme un film anti-militariste. Il est donc censuré en France est sortira en 1975 car la guerre est finit. Après de nombreuses réalisations, il se lance cette fois-ci pour montrer la Guerre Mondiale. Un peu plus tard il montrera la vie des militaires(Full métal Jacket). Il dénonce la guerre en général et l’exploitation des soldats. Il s’inspire de faits réels.
Au début du film, la chanson de la Marseillaise nous donne l’impression que tout va bien, mais tout à coup il y a une fausse note qui nous fait vite revenir à la réalité. On y voit très vite la séparation entre la vie de châteaux et la vie dans les tranchées. Le général Broulard qui essaie de convaincre le général Mireaux de lancer une nouvelle attaque sur la « fourmilière ». C’est le plan d’attaque de la France. Le général Mireaux très embarrassé face à cette situation, décide finalement d’accepter en échange d’une promotion. Il propose cela au Colonel Dax qui a du mal à accepter vu l’affaiblissement de ses hommes, et vu les derniers dégâts que cela a causés lorsqu’il a envoyé des soldats sur le front, il sait que ce sera un véritable calvaire. Il accepte à contre cœur, mais les Allemands répondent à l’attaque française, les soldats apeurés à la vue de ce qui les attendent et ne pouvant pas aller combattre car l’armée Allemande est trop puissante, ils restent dans les tranchées. Le colonel Mireau insatisfait de ceci ordonne que l’on tire sur ses propres troupes, mais les soldats sont incapables de tiré sur leur compatriote. Mireau décide alors d’organiser un conseil de guerre, la décision du conseil est sans appel ils vont tous se faire exécuter. Dax essai de convaincre le général Mireaux de ne pas exécuter ses soldats.
Ce film est réalisé au style Kubrick qui est un style très particulier . Il se différencie des films conformes de la guerre, ici on ne voit jamais l’ennemi, pas d’héroïsme avec de nombreuses symétries comme lors de l’exécution. Mais aussi du cadrage qui quelquefois n’est pas conforme à la vision humaine. Kubrick utilise beaucoup de musique de militaire avec des tambours… Il joue aussi avec les effets de lumière : ombres, contrastes… Comme lors du jugement on aperçoit Dax en train de défendre les accusés, un jeu d’ombres est réalisé car on a l’illusion que Dax est enfermé en prison grâce aux ombres des barreaux de la fenêtre. Ces plans sont cadrés stratégiquement. Il utilise différentes manières de filmer pour mettre en valeur les personnages comme lorsque Mireaux rend visite dans les tranchées il y a un plan travelling et plus il s’enfonce dans la tranchée plus ça devient sombre.