Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Soyez sympa, rembobinez

Michel Gondry - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par poiuyt - le 16/12/2013
Seconde 501 , Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (1 vote)


Nombre de visites : 87

Tout commence à Passaic, dans la banlieue de...

Tout commence à Passaic, dans la banlieue de New-York, où Mike grandit dans l’idée que Fats Waller, le célèbre Jazzman des années 30, est né dans le même immeuble que lui. Jerry, son fidèle acolyte n’est jamais loin. Les deux amis ont une complicité forte, malgré leurs caractères divergents : l’un est excentrique et surexcité tandis que l’autre est responsable et calme. M. Fletcher, le propriétaire du magasin « Be kind rewind » qui emploit Mike s’absente quelque temps pour sauver sa boutique de la faillite. Il lui confit alors sa direction, mais Jerry, maladroit, efface toutes les cassettes. Mike et Jerry refont alors les cassettes avec les moyens du bord aidés par les habitants de la ville. Un nouveau type de vidéo voit le jour, appelé « suéding » ; des remakes tournées par Mike et Jerry à leur manière. Parmi ces films suédés, on compte Ghostbusters, Rush hour 2 ou Robocop.

Cette production de Michel Gondry regroupe plusieurs acteurs d’horizons différents.
On y trouve des acteurs montants d’Hollywood tels que Jack Black dans le rôle de Jerry. Celui-ci enchaîne gag sur gag avec brio sans tomber dans l’humour grotesque. On remarque aussi la présence de Mia Farrow et de Dany Glover, dont l’expérience est déjà reconnue dans le milieu du cinéma. Mos Def, quant à lui, plus rappeur qu’acteur trouve très bien sa place dans le personnage de Mike qu’il joue avec talent. Il se révèle être un comédien aussi doué pour la comédie que pour toucher les spectateurs. De plus, Mélonie Diaz, actrice récurrente du cinéma indépendant, interprète le rôle d’Alma qu’elle tient avec succès. Enfin, les habitants de la ville de Passaic jouent leur propre rôle ce qui ancre un peu plus le long-métrage dans la réalité.

Le réalisateur utilise plusieurs caméras de façon à faire un lien entre le passage de l’ancien à la modernité ; de la cassette au DVD. Les effets voulus de ces plans sont réussis et donnent une originalité au film. Pour accentuer l’effet comique, le réalisateur a volontairement ajouté des effets spéciaux médiocres notamment dans Ghostbusters où il utilise des guirlandes de noël vertes en guise de laser. L’aspect « bricolage » est ainsi souligné.

Cette comédie est elle-même suédée, en effet elle est en quelque sorte un « gros bricolage » de par ses acteurs amateurs comme expérimentés ainsi que par la façon dont elle a été tourné. Ce long-métrage est un métissage de film et d’acteurs assez dense.

Ce long-métrage est clôturé brillamment par la diffusion du documentaire sur Fats Waller fait avec l’aide des habitants de la ville. Cette dernière scène nous délivre un message de solidarité et d’entraide.
Dans une ambiance de jazz, Soyez sympas, rembobinez a réussi à rendre un bel hommage à Fats Waller, star malgré tout de ce long-métrage.