Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Rengaine

Rachid Djaïdani - France - 2012

Critique publiée par Pierre Maury - le 01/07/2013
Première L 602, Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 103

Rengaine

Rengaine est le deuxième film vu dans le cadre du concours pour le Prix Jean Renoir. Son réalisateur est Rachid Djaïdani. Il est sorti le 14 novembre 2012 après son grand succès lors du festival de Cannes en juin 2012. Ce long métrage, de 1 heure 15, traite un amour presque impossible. En effet, cette femme arabe, Sabrina, et cet homme noir, Dorcy, ne peuvent vivre leur amour car elle a 40 frères, c’est alors que nous entrons dans l’univers du conte. Il faut signaler aussi qu’il a été réalisé en neuf ans (sept ans de tournage et deux ans de montage).

Le film est une comédie dramatique, ce qui nous amène à deux grandes oppositions. Tout d’abord, ce film est réaliste, il ne montre que la vie réelle comme Paris de Cédric Klapisch où l’action du film est presque inexistante. Ce thème est aussi présent lors du choix des costumes, ils ne sont pas changés pour le cinéma, et dans le décor bien que nous ne voyons aucun monuments clichés de Paris comme Le Louvre, la Tour Effeil ... Le réalisme intervient aussi lorsque du casting, les acteurs ne sont pas des comédiens professionnels. Mais cela engendre un côté positif, les acteurs jouent leurs propres rôles. Le côté fantastique est instauré avec les 40 frères de Sabrina, la quête de Slimane, son grand frère, qui doit « gérer » ses frères et sa sœur. On peut observer une cassure avec le conte car le « méchant », interprété par Slimane, devient bon car il s’ouvre l’esprit sur les choix du mariage. Le réalisateur nous dévoile sa culture littéraire grâce à quelques citations de Jean Racine. Nous pouvons dès lors souligner les rapports du film avec la tragédie...

Le manque de moyen se ressent lors des nombreuses scènes où la caméra bouge en permanence. Certes, nous pourrions dire que c’est en rapport avec l’obsession de Slimane, mais je pense que c’est aussi un prétexte. Je trouve qu’on a trop fait d’œuvres d’art polémique sur les différences entre les religions au niveau du mariage. Après avoir vu cette œuvre, je constate que c’est aussi un film polémique. Son histoire, rappelant très brièvement Roméo et Juliette, est une confrontation entre les différentes cultures (arabe, juive et chrétienne). La contextualisation est, pour moi, l’un des principaux atouts de ce film. Effectivement, étant spectateurs, nous prenons du recul sur l’histoire car nous sommes européens alors que cela se déroule chez nous.

Nous pouvons dire que le titre Rengaine signifie le refrain continuel et désagréable de l’histoire. Effectivement, ce genre de combat entre différentes religions persistera encore longtemps, ainsi que sa réécriture.

C’est un film réaliste, en outre je pense que le cinéma est un monde fait pour rêver ou bien cauchemarder et non pour montrer les événements réels et actuels.