Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Psychose

Alfred Hitchcock - 1960 - Etats-Unis

Critique publiée par Léo50 - le 18/01/2019
Classe 506 , Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 14

Le film qui a révolutionné le monde du cinéma

Le chef d’oeuvre d’Alfred Hitchcock est sorti en 1960. Il est le fondateur du cinéma moderne .
Une femme nommée Marion est chargée de déposer 40 000$ à la banque . Marion prend la fuite avec les 40 000$ pour avoir une nouvelle vie et pouvoir se marier avec son amant . Après plusieurs heures de route elle s’arrête à un motel qui est tenu par un jeune homme étrange , Norman Bates .
Alfred Hitchcock a bien évidemment réalisé plusieurs autres films comme par exemple : Les 39 marches , Soupçons , Les Enchaînés , Fenêtre sur cour , Sueurs froides , La Mort aux trousses ou encore Les oiseaux. Hitchcock utilise le MacGuffin . l’origine du mot viendrait d’une histoire d’Hichcock : « Excusez-moi Monsieur, mais qu’est-ce que ce paquet à l’aspect bizarre qui se trouve au-dessus de votre tête ? - Oh, c’est un MacGuffin. A quoi cela sert-il ? - Cela sert à piéger les lions dans les montagnes d’Ecosse - Mais il n’y a pas de lion dans les montagnes d’Ecosse - Alors il n’y a pas de MacGuffin ». C’est un prétexte au développement du scénario , c’est lui qui Alfred Hitchocock qui a popularisé ce style .Il cherche à accuser les innocents .
Les personnages sont très bien interprétés , seulement ceux qui sont moins importants comme le shérif et sa femme sont moins bien joués et font partie d’une scène qui ne sert pas tellement . Les acteurs correspondent bien aux personnages, Norman est incarné a la perfection par Anthony Perkins . Janet Leigh remplit son jeu d’acteur à merveille aussi. L’image est superbe grâce à l’excellent montage et aux plans de caméra . Le film a été tourné en noir et blanc car il a tenu qu’il soit tourné en ces couleurs pensant qu’il deviendrait plus gore, qu’angoissant en couleur . Son chef d’oeuvre a été tourné en studio . Il privilégie les scènes d’intérieur et de nuit pour donner un effet plus angoissant. Le décor est aussi important que les acteurs car autour du décor il y a une métaphore. La musique stridente permet que le spectateur soit bien plus angoissé . Le début du scénario reste banal mais à partir du motel il devient même plus qu’original, les dialogues donnent beaucoup d’indices sur cette fameuse métaphore . Les effets spéciaux peuvent sembler être ratés mais Hitchcock l’a fait exprès pour continuer sa métaphore notamment pour la fameuse scène de la douche … Lorsque Norman va cher à manger pour Marion , il parle avec sa mère mais le dialogue semble raté lorsque l’on ne connaît pas toute l’histoire . Les effets de montage sont présents surtout lorsque Arbogast monte les escaliers de la maison . Le réalisateur fait une prise excellente qui consiste à reculer et en même temps zoomer ce qui permet d’obtenir un effet de vertige ,on peut en conclure que le montage est admirable pour l’époque.
Il est bon , on ne s’ennuie pas grâce à la longue route de Marion semée d’embuche et de stress pour elle, ensuite on arrive à ce fameux motel, s’en suit un suspense intense .Il a eu un succès fou .
Psychose a été diffusé au cinéma et c’est lui qui a révolutionné le cinéma , aujourd’hui beaucoups de réalisateurs s’inspire de lui pour créer leur film.
Le budget a été de 800 000$ financé en grande partie par Hitchcock lui-même . Quand le film est sorti les journalistes le trouvait mauvais mais quelques semaines après ils l’ont trouvé excellent car ils l’avaient sans doute mal jugé auparavant Grâce à lui Janet Leigh a eu le trophée de meilleure actrice secondaire, Alfred Hitchcock meilleur réalisateur et John L . Russel meilleur photographe noir et blanc.