Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par popow - le 14/01/2015
Classe 506 , Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 16

Burn after reading

Burn after reading a été réalisé en 2008 par les frères Coen. Il se déroule aux États-Unis et dure à peu près 1h30. Il est du genre comique et il y a beaucoup d’action. Les acteurs choisis sont entre autres : George Clooney, dans le rôle d’Harry Pfarrer, Frances McDomand, elle dans le rôle de Linda Litzke, Brad Pitt, dans celui de Chad Feldheimer, John Malkovich, lui joue Osbourne Cox, et Tilda Swinton, qui elle, est dans le rôle de Katie Cox. Ces 5 personnages sont les principaux de l’histoire, ils mettent en scène toute les parties importante que les réalisateurs voulaient montrer.
Osbourne Cox est analyste à la CIA, en Virginie. Lors de sa dernière visite, il se fait renvoyer parce qu’il est alcoolique. Lorsqu’il l’annonce à sa femme, Katie Cox, cette dernière n’est pas surprise. Elle va voir son avocat et, tous deux, vont faire un marché : il faut qu’elle l’espionner pour qu’ils divorcent . Elle enregistre alors toutes les factures, les numéros de banque ou des dossiers sur un CD mais le perd.
Le Cd se retrouve entre les mains de Chad Feldheimer, un employé de fitness assez attardé, et de Linda Litzke, une autre employée de fitness qui veut faire de la chirurgie esthétique. Pensant que le CD contient des infos top secret de la CIA, les deux employés vont essayer de faire chanter Osbourne Cox en lui demandant de donner de l’argent contre le CD, mais celui-ci refuse.
De l’autre côté, Harry Pfarrer, ex-policier paranoïaque et séducteur, entretient une relation avec la femme d’Osbourne Cox et Linda. Sa femme étant partie à Los Angeles, il découvre Linda sur un site de rencontre. Ted Treffon, directeur de sport, est fou amoureux de Linda. Il se fait du souci pour Chad et celle-ci, il pense qu’ils vont s’attirer des problèmes.
Les réalisateurs nous font comprendre qu’ils ne se prennent pas aux sérieux. Ils se moquent de la CIA et de la société aujourd’hui. Ils nous font croire que c’est un film d’espionnage alors que c’est pour nous tromper. Ils se moquent des acteurs masculins en les faisant naïfs, faibles et victimes de leur imbécillité. Ils montrent les différents traits de la société en mettant leurs intelligences par la bêtise et l’idiotie des personnages.
Dès le début, les réalisateurs nous trompent déjà. On part d’abord d’un satellite pour arriver sur un bâtiment entouré d’une forêt. On peut tout de suite s’apercevoir que ce n’est qu’une simple maquette. La musique en arrière-plan peut faire penser à l’espionnage grâce à l’air répétitif des percussions. Elle est aussi angoissante.
Ensuite nous pouvons voir Osbourne Cox entrer dans un bureau. On peut voir alors sur les murs des tableaux représentant les Etats-Unis. Les personnages sont habillés dans des années d’aujourd’hui alors que le décor peut faire croire aux années 1970.
Quand Mr Cox va dans une fête, il y a aussi un plan sur une horloge. Cela peut faire croire à un retour en arrière. Les spectateurs sont toujours induits en erreur. Mais pas que sur les images, cela peut être aussi niveau sonor. Comme lorsque Osbourne Cox vient de se faire renvoyer et qu’il est dans sa cuisine.
Au début, on voit un plan sur sa tête et on entend un bruit de chargement d’arme à feu alors que se sont juste des glaçons. Le son nous fait alors croire quelque chose qui n’est pas vrai. Ou lorsque sa femme rentre chez elle, plus elle s’approche, plus la tension monte et la musique est toujours aussi stressante alors que cela est pour nous montrer qu’en fin de compte il a beaucoup bu. Les musiques ne collent pas avec le film car cela fait penser à l’espionnage alors que c’est pour tromper les spectateurs
On peut voir aussi les caractères des personnages. Par exemple, au début, nous pouvons remarquer Chad et Linda devant un ordinateur (de 1970). Ils sont vêtus d’un tee-shirt rouge montrant que ce sont les ennemis (ce sont eux qui ont retrouvé le CD et font les problèmes). On s’aperçoit vite que Linda est debout alors que Chad est assis, on en déduit que Linda a le pouvoir sur Chad. On retrouve cela dans différents cadrages. On se rend compte aussi que l’avocat de Katie Cox prend de plus en plus de pouvoir. Il porte en effet, les couleurs du drapeau d’Amérique ( Bleu rouge et blanc).
On est confronté à des effets spéciaux et de code secret. Le nom d’Osbourne Cox n’a pas été choisi au hasard. Le syllabe colle : Oss Bourne Coks. Oss est un mot des années 60 montrant alors un retour en arrière. Bourne, lui, est un mot du 20 ème siècle montrant les années d’aujourd’hui et enfin Cock qui désigne le sexe.
Même le titre : ‘’ Burn after reading’’, rend hommage à ‘’mission impossible’’ car après avoir lu le message il s’auto détruira. On peut alors penser que c’est un film d’espionnage, d’action et humoristique car à la fin, deux personnages meurent. Alors qu’en faite, c’est juste une œuvre caricaturé.