Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par Paulesouef - le 14/01/2015
Classe 506 , Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (2 votes)


Nombre de visites : 4

Burn After Reading

Après le succès de No Country for Old Men sorti en France en 2007, les frères Coen réalisent en 2008 Burn After Reading (brûler après avoir lu) avec Brad Pitt, George Clooney, Frances McDormand et John Malkovich. Dans ce long-métrage, on peut voir une fois de plus les genres préférés de ces réalisateurs. Burn After Reading est en effet, à la fois comique et tragique. On peut le voir avec par exemple Brad Pitt jouant le rôle de Chad Feldheimer, tentant de jouer à " l’agent-secret " plus crédible au téléphone à réclamer de l’argent contre le CD que devant Osbourne Cox, interprété par John Malkovich qui est un retraité de la CIA licencié pour motif d’alcoolisme, n’est pas plus intelligent et pas du tout moderne pour une personne ayant travaillé à la CIA que Chad par exemple. Dans chaque phrase ou presque il nous sort sont fameux " What the fuck ". Sûrement à cause de la bêtise d’Osbourne Cox, sa femme, Katie Cox (Tilda Swinton) le trompe sans jamais qu’il ne s’en rend compte avec Harry Pfarrer incarné par George Clooney qui lui est totalement obsédé par tout ce qui est en rapport avec le sexe. Chad n’est pas le seul à jouer "l’espion" il le joue aussi avec une amie à lui, Linda Litzke (Frances McDormand) prête à tout pour sa chirurgie esthétique, pour trouver l’amour. Chad et Linda sont employés dans un club de fitness ou d’ailleurs, l’agent de service qui a trouvé le CD contenant les mémoires d’Osbourne Cox sont "analyser" par Chad, Linda et le patron du club de fitness qui au fur et à mesure, se cache et s’en va pour ne pas être mêlé à cette histoire. Pour se payer sa chirurgie esthétique, Linda va même se confier au service secret Russe et donne le CD contenant les mémoires, que Chad et Linda pensent être des codes d’espionnage.
Cette œuvre n’est pas sans rappeler les films d’espionnage type "Mission impossible" de Brian de Palma ou de la série des "James Bond" créé par Ian Fleming adapté au cinéma pour la première fois par Terence Young sauf qu’ici c’est une parodie. De plus, les frères Coen ont justement voulu critiquer ce genre cinématographique comme mettre une musique stressante quand il n’y en a pas besoin (Osbourne Cox, parlant, à son père sur un bateau) ou encore dans le générique du début, faire un zoom de type satellite sur les locaux de la CIA à Washigton D.C.. Burn After Reading contient aussi beaucoup de plans sombres rappelant encore une fois la tragédie et l’espionnage.

Pour conclure, on peut dire que ce long-métrage est une excellente parodie de film d’espionnage tant par ses montages musicaux totalement exagérés et par la bêtise et la détermination exprimées par les acteurs.