Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par Anaïs_KW - le 14/01/2015
Classe 506 , Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 29

Avec humour noir et caricature, Burn After Reading fait polémique.

L’analyste Osbourne Cox (John Malkovich) est renvoyé de la CIA et décide d’écrire ses mémoires. Accidentellement, le CD tombe entre les mains de Linda Litzke (Frances McDormand) et Chad Feldheimer (Brad Pitt). Les deux collègues appellent Osbourne Cox et espèrent le faire chanter.
Les frères Coen ont encore frappé avec Burn After Reading où les réalisateurs laissent à nouveau paraître humour noir et caricature américaine et accueillent deux stars mondiales : Brad Pitt et George Clooney interprétant Chad et Harry Pfarrer.
Le titre Burn After Reading signifie "brûler après lecture" mais comme rien n’est à prendre au premier degré, on imagine que les frères Coen ont voulu exprimer en réalité "Graver après lecture" qui renvoie au moment où la femme d’Osbourne, Katie Cox (Tilda Swinton), grave les mémoires de son mari sur un CD. On peut aussi comprendre qu’il faut graver ces événements dans notre mémoire.
Les deux réalisateurs se sont certainement inspirés de "La lettre du Kremlin" de John Huston ou "Les Trois Jours du Condor" de Sydney Pollark avec un cadre qui reconstruit l’intérieur du quartier général de la CIA et des institutions politiques. Beaucoup d’allusions perverses venant principalement de Harry avec toutes ses aventures provenant des sites de rencontre dont Katie Cox et Linda Litzke, qui enlève tout le sérieux du monde de l’espionnage.
Une œuvre qui parodie "Mission Impossible" et qui a une étrange morale font que Burn After Reading provoque la curiosité du spectateur alternant décor des années 60 alors que l’intrigue se déroule en 2008.