Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par chloegouyette - le 14/01/2015
Classe 505 , Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (4 votes)


Nombre de visites : 10

Critique Burn after reading

Burn after reading est un film des frères Coen aux airs d’espionnage. Mais seulement aux airs, car c’est un film plus drôle que sérieux.
Fuck est le mot que tout les personnages du film ont à la bouche. Fuck par ci, fuck par là, ils l’emploient dans toutes leurs phrases. Ce qui rend les personnages de moins en moins crédibles et vraiment grotesque.
Tout part d’un d’un CD retrouvé dans les vestiaires contenant des informations confidentielles appartenant à Oxbone Cox. Ce mystérieux CD se retrouve entre les mains de deux innocents : Chad et Linda, tout deux employé dans un gymnase qui décident de contacter Oxbone Cox pour lui rendre son CD mais à une condition : Qu’il les paye pour financer les opérations chirurgicales de Linda. C’est dès ce moment que le film va prendre une autre tournure avec des situations plus improbables que jamais.
Dans burn after reading tous les personnages se poursuivent sans que l’on comprenne vraiment pourquoi mais je pense qu’eux mêmes ne le savent pas.
Linda est la seul vraiment motivé et prête à tout car son seul et unique objectif est de se payer les opérations de chirurgie sont elle rêve tant. Elle désespère de ne pas trouver l’amour, elle s’inscrit donc sur des sites de rencontres mais elle se plaint d’attiré que les moches jusqu’à ce qu’elle rencontre Harry. On peut voir que les scènes de rencontres sont répétitive : même restaurant, même cinéma, même film.
Comme son chantage contre Oxbone Cox n’a fonctionné elle rend visite aux russes, comme en temps de guerre ce qui nous montre qu’elle est vraiment dans un autre monde.
Le rôle le drôle est tout de même attribué à Brad Pitt, Chad dans le film. C’est un grand sportif qui en fait trop ce qui rend le film encore plus drôle.
Si on revient à un des moments les plus fatidiques du film, chad rentre dans la maison d’Harry alors qu’il a vu que quelqu’un l’espionné, ce qui montre bien son niveau de débilité, ensuite lorsque Harry rentre il court à l’étage se cacher dans la penderie alors que toute les portes du rez de chaussé sont ouvertes. A plusieurs reprises il a l’occasion de sortir mais non, il y reste et quand harry le voit il rigole comme un idiot au lieu de s’enfuir en courant.
Quant à Harry, il passe son temps à tromper sa femme, il entretient une relation avec Katie Cox et dès qu’il rencontre Linda, il se retrouve poursuivi, il a toujours l’impression que quelqu’un le suit.
Tous ses problème n’aurait sûrement jamais eu lieu si Katie, la femme d’oxbone Cox n’avais pas laissé le CD traîner et n’avait pas quitté son mari qui en plus de perdre sa femme se retrouve licencié.
Au début du film il est bien habillé, puis il se dégrade au fur et à mesure de l’histoire comme si on assistait petit à petit à la fin de sa vie.
Pour conclure je dirais que les personnages sont aussi faux que le décor car si on regarde le générique on voit la terre de l’espace, c’est une maquette pareil pour l’ambassade Russe.