Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par LéoP - le 14/01/2015
Classe 505 , Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (2 votes)


Nombre de visites : 281

Critique Brun After Reading

Osbourne Cox est un agent de la Central Inteligence Agency, trop vieux et soupçonné d’avoir un problème avec l’alcool, il est écarté de la C.I.A. Pour conserver ses souvenirs d’un travail révolu, il décide d’écrire ses mémoires, qui, graver sur un CD tombés malencontreusement entre les mains de Chad Feildeimer, un beau gosse écervelé, et Linda Litzke, une vieille célibataire obsédé par son physique. Chad et Linda sont deux collègues qui s’apprécient beaucoup et la vieille célibataire réussi a entraîner ce jeune homme naïf dans une affaire "d’espionnage". Ils finissent par réussir a identifier l’auteur de ce CD, Osbourne Cox, les deux collègues opèrent alors a du chantage pour essayer de tirer profit du précieux disque. Cox n’apprécie guère et ne cède pas, alors Chad et sa collègue finissent a l’ambassade russe, un scénario très sportif, imprévisible et palpitant est alors lancé !

Joel et Ethan Coen, deux frères qui de partagent la réalisation, le script et le montage de leur film travaillent sous un même pseudo : Roderick Jaynes.
Ils on débuté leur carrière de réalisateur avec le film Sang pour sang (1984) et tous leurs autres films auront ce côté brutal, sanglant avec des situation burlesque et une dose d’humour noir. Les clichés du cinéma Américain sont repris et les frères Coen se moquent d’Holywood et des États Unis. Dans Burn After Reading les personnages caricatures les classes moyennes Américaines tout en restant réaliste. Cette pellicule se situe entre un film humoristique et un film d’espionnage classique.
Ce court métrage d’1h36 est réussi tant par le scénario imprévisible et fou que par la grande palette d’acteur tous aussi talentueux les uns que les autres. On y retrouve des grandes pointures du cinéma comme un Jhon Malkobitch explosif, un jeune et fougueux Brad Pitt ou encore un George Clooney dépassé par les femmes et les événements mais physiquement au top de sa forme ! Les femmes dans ce film si elle ne sont célibataires ( Frances Mc Dormand ) ont toutes un amant, et on toutesj un fort caractère, elle arrivent d’ailleurs a bien manipuler les hommes. Les frères Coen nous montre que dans cette société le sex a une a une place importante dans les classes moyennes Américaines.

"L’intelligence est relative"
Le mot intelligence, qui apparaît sur l’affiche et tout le long du film fait en autre référence à la C.I.A, doc l’espionnage. Cette espionnage est mis a mal tout au long du film par "l’intelligence" et la naïveté de certains personnages.
L’ambiance dans ce film est plutôt froide et la guerre froide est toujours un peu présente, ce film est contrasté entre l’époque des tensions russo-américaine et les États Unis actuel.

A noter que ce ne sont que des blancs qui jouent dans ce court métrage et qu’il n’y a qu’une seules personne de couleur noir qui apparaît et il est serviteur, ce qui fait penser a l’époque de l’esclavage. Un point que je trouve négatif c’est que dans ce film il y a trop d’agent du F.B.I, ils sont présents partout et suivent tout le monde, ils ne sont pas discret avec leurs costard, oreillettes et lunettes noirs. Ils ont tellement caricaturés que cela devient une moqueries pour le F.B.I, ce qui a force n’est même plus réaliste. Ils dénoncent les clichés des films Holuwoodien sur pleins de scène.

En bref, Ce film est très bien réalisé et très bien joué. Ce n’est pas un chef d’œuvre mais un très bon film, a voir !