Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par clemence.labouche - le 14/01/2015
Classe 505 , Lycée Le Verrier,
Saint-Lô

Note de la classe (1 vote)


Nombre de visites : 13

Burn after reading

« Burn after reading » est un film d’espionnage qui contient une touche d’humour grâce à ses acteurs connus George Clooney (Harry), séducteur américain, qui enchaîne les conquêtes amoureuses, Brad Pitt (Chad), employé d’une salle de sport, l’un des personnages démontrant le plus la bêtise humaine, Frances McDormand (Linda), elle aussi employée d’une salle de sport, a pour obsession la chirurgie esthétique et les sites de rencontres. John Malkovich (Osbourne Cox) est un espion brutal, vulgaire et licencié de la CIA.
espion brutal, vulgaire, licencié de la CIA. Puis, Tilda Swinton (Katie Cox), femme discrète et froide, n’inspirant pas la sympathie, mais sûrement la plus intelligente de l’histoire. Un chef d’œuvre réalisé en 2008 par les deux frères Joel et Ethan Coen.
L’objectif de ce film est de nous montrer qu’on ne sait jamais par qui nous pouvons être surveillés, qu’il faut se méfier. Ici, Osbourne Cox exerce le métier d’espion à la CIA, mais après avoir été licencié, c’est le seul des personnages qui n’espionne personne. Contrairement à Chad et Linda qui par leur désir d’argent et leur stupidité sont prêts à tout. On pourrait dire d’eux qu’ils sont des copies grossièrement imitées d’espions. Comme la scène où Chad est dans la voiture, un peu enfantin qui s’amuse à faire du bruit avec sa boisson et écoutant de la musique. Tout le contraire d’un véritable espion.

Les personnages sont comiques, mettent de l’humour à cause de leur comportement, en font parfois trop, sont un peu idiot, mais c’est ce qui fait tout le charme de ce film. On a toujours cette envie de connaître la suite et on est parfois surpri par le scénario. Les acteurs sont vraiment bien choisis mais on en attendait pas moins des frères Coen !
Les costumes sont très souvent bien assortis avec le rôle de chaque personnage, de couleur noir ou gris, sombre, faisant référence aux affaires politiques, à l’espionnage... Comme au début, où l’on voit des hommes de la CIA, portant un costume bleu foncé et une cravate rouge à étoile, rappelant le drapeau Américain. Bonne idée !

« What the fuck ? », phrase prononcée par chacun des personnages principaux est sûrement la question que l’on se pose tout au long du film. On l’entendra le plus souvent de la bouche d’Osbourne Cox car c’est lui le plus concerné par cette question.

Nous pouvons en tirer une conclusion très positive même si la fin nous laisse perplexe. C’est à nous de créer une partie du film, plus précisément la fin grâce aux nombreuses scènes cachées. On pourrait croire, à cause de la dernière scène très brutale et inattendue, qu’il y est une suite au film, or c’est à nous de nous fabriquer notre « Burn after reading 2 » ! Tout a été choisi par l’auteur dans les moindres détails pour laisser notre imagination faire le reste du travail.