Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Sentiers de la gloire

Stanley Kubrick - Etats-Unis - 1957

Critique publiée par Alexandre Dudouit - le 01/01/2018
seconde 9, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 19

Les sentiers de la gloire

Analyse : Les sentiers de la gloire

Nous allons vous soumettre une critique sur le film « Les sentiers de la gloire » de Stanley Kubrick, un film ayant été censuré pendant 18 ans en France car il critiquait le militarisme Français et incitait implicitement à contester l’ordre direct d’un supérieur. Nous avons apprécié le film, par ce fait, nous proposerons donc trois critiques positives et une seule négative.

Notre unique critique négative portera sur le fait que la musique soit trop répétitive selon nous sans vraiment créer des émotions au spectateur, elle est parfois trop pesante et forte. C’est le seul défaut qu’on peut trouver au film.

Mais le scénario est original par rapport à la période racontée, il y a peu de moments de batailles ni d’opposants, au contraire, l’ennemi est dans leur camps, ce qui ajoute un effet inattendu au film et qui maintient l’intérêt du spectateur. De plus, la fin est inattendue pour nous car le fait que les trois accusés se font finalement exécuter sans être sauvés nous a choqué. Nous étions attachés aux personnages car on les avait vus plusieurs fois avant et il est révoltant que la vie d’un homme soit décidée par ses supérieurs dans une vulgaire loterie.

Ensuite, les choix du réalisateur sont très pertinents avec des effets de lumière. Notamment lors du procès des trois soldats, nous voyons derrière le colonel Dax un effet de lumière, une prison représentée avec l’ombre des fenêtres, symbolisant l’emprisonnement des trois malheureux. Les plans de caméras sont également bien choisis, notamment la scène avec le colonel Dax dans les tranchées où le travelling avant et arrière est utilisé de façon à ce qu’on s’identifie au colonel Dax quand les soldats nous regardent et s’écartent pour nous laisser passer.

Pour finir, la morale avec la chanteuse Allemande dans le bar est très émouvante, le fait que de fiers soldats français détestant les Allemands pardonnent à la jeune femme montre que la guerre n’enlève pas les liens créés par l’homme et au contraire, les rend plus forts.

Conclusion : Le film aux aspects anti-militaires peut paraître assez ennuyeux aux premiers abords mais l’ambiance, les choix du réalisateur et le bon jeu d’acteur rend le film très entraînant et émouvant.