Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Sentiers de la gloire

Stanley Kubrick - Etats-Unis - 1957

Critique publiée par Paulineee - le 09/01/2018
seconde 9, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 4

Critique "Sentiers de la gloire"

Les sentiers de la gloire
Stanley Kubrick
Nous allons faire une critique sur le film « Les sentiers de la gloire » de Stanley Kubrick :
Ce film de Stanley Kubrick se déroule durant la première guerre mondiale, dans une tranchée. Le général Mireau (joué par George Macready) ordonne au colonel Dax (interprété par Kirk Douglas) de lancer une attaque contre « la Fourmilière » afin d’obtenir une médaille supplémentaire. Mais tout le monde sait que cette attaque est une mission suicide. Une partie des soldats du colonel vont rester dans les tranchées ce qui rendra le général Mireau hors de lui allant même jusqu’à tirer sur ses troupes.
Ce qui nous a plu dans ce film c’est qu’on est plongé directement dans les tranchées ( grâce au travelling arrière), ce qui nous montre ce qu’était la guerre, l’injustice de la hiérarchie : le général Mireau demande aux soldats d’attaquer une position allemande difficile et presque impossible à atteindre tout en sachant que plus de la moitié des soldats vont mourir. Ou encore la justice qui ne laisse pas les soldats s’exprimer pendant leur « jugement » , qui condamne à mort des soldat tirés au hasard pour « lâcheté ».
Ce film comporte aussi quelques aspects négatifs : Il est un peu caricaturé :le méchant, le gentil (le général Mireau et le colonel Dax) alors que dans la vraie vie tout n’est pas tout noir ou tout blanc ; ce qui crée un manque de réalisme. On ne voit pas beaucoup le point de vue des soldats (leur quotidien, leurs sentiments) mis à part les trois qui sont condamnés à mort, on voit surtout celui de leurs supérieurs mais cela change des films de guerre qu’on a l’habitude de voir.