Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Médecin de famille (Le)

Lucia Puenzo - France/Argentine - 2013

Critique publiée par Sarah - le 28/02/2014
Seconde 6, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (1 vote)


Nombre de visites : 46

WAKOLDA

Le Médecin de Famille, troisième long-métrage de la cinéaste Lucia PUENZO est un très bon film. Ce film, sorti en 2013 met en scène Florencia Bado (=Lilth), Alex Brendemuht (=le docteur Mengele), ou encore Nathalia Oreira (=la maman de Lilith). Le sujet principal de ce film est la médecine et les expériences scientifiques durant l’après guerre. Le film se déroule au bord du lac Nahuel Huapi en Argentine.
Patagonie, 1960. Un médecin allemand rencontre une famille argentine sur la longue route qui mène à Bariloche où Eva, Enzo et leurs trois enfants s’apprêtent à ouvrir un hôtel au bord du lac Nahuel Huapi. Cette famille modèle ranime son obsession pour la pureté et la perfection, en particulier Lilith, une fillette de 12 ans trop petite pour son âge.
Sans connaître sa véritable identité, ils l’acceptent comme leur premier client. Ils sont peu à peu séduits par le charisme de cet homme, l’élégance de ses manières, son savoir et son argent, jusqu’à ce qu’ils comprennent qu’ils vivent avec l’un des plus grands criminels de tous les temps.

Le film de Lucia PUENZO est une véritable réussite, puisqu’il est historique, et met en avant la fuite des criminels Nazis en Argentine. En plus de raconter la « migration » nazie, il nous présente la position de l’Amérique Latine après la guerre, et nous montre que l’idéologie nazie persiste toujours dans les années 60.
Musicalement, le film est particulièrement intéressant, car un jeu de sonorité s’en dégage.
Artistiquement, on ne peut parler du film, sans pouvoir s’empêcher de parler des cadres grandioses, et des somptueux paysages qu’offre la Patagonie pour le film (plus particulièrement au début du film lors de la traversée dans l’imposant désert). Tous ces cadres sont bien originaires de l’Argentine. Ce qui nous a particulièrement intéressé et horrifié dans ce long-métrage c’est la multiplication des plans de fabrication des poupées. Nous avons trouvé ces passages angoissants.
Les poupées nues, avec leurs petits corps frêles, inertes nous rappellent les horreurs de la guerre que l’on pouvait entendre et qui se sont produits dans les camps d’extermination. De plus le Docteur Mengele qui organise la fabrication des poupées dans l’usine demande que toutes les poupées soient identiques et parfaites. On retrouve à nouveau l’idéologie nazie avec le stéréotype de la race parfaite : la race aryenne.

Nous avons observé que le film « Le Médecin de Famille » essaye de faire comprendre que, malgré la fin de la guerre les horreurs persistent toujours comme nous pouvons le voir dans le film avec le Docteur Mengele qui continua ses expériences sur les enfants et les femmes enceintes de nombreuses années alors que la guerre est terminée. Ce fut le cas pour beaucoup d’autres Nazis. On pourrait mettre ce film en relation avec d’autres œuvres artistiques étudiées dans nos années précédentes comme : MAUS de Art Spiegelman (qui traite les persécutions des Juifs par les Nazis) ou encore le film de John Schlesinger de 1976 « Marathon Man » avec Dustin Hoffman.

Ce film nous a particulièrement plus grâce au fait que ce soit une histoire qui ait existé, et que l’on se rende compte, grâce au chef- d’œuvre récompensé de Lucia PUENZO, que tout ces actes ont été réels. Grâce à celui ci, les spectateurs se rendent compte que même après la guerre il y eut des personnes qui ont persisté à faire des massacres en continuant d’appliquer l’idéologie nazie. Nous pensons que ce film pourrait mériter le prix Jean Renoir car il est pertinent, plein de rebondissements et de suspense et est tiré de la réalité.

Ce film est une belle histoire, triste, émouvante, tirée de la réalité, intelligente et historique. Nous vous conseillons vivement d’aller voir ce THRILLER.

Victor DESCHAMPS & Mathilde HAMON-MEJIAS