Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Rêves d'or

Diego Quemada-Diez - Mexique/Espagne - 2013

Critique publiée par Laura et Sarah - le 11/04/2014
Seconde 6, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (1 vote)


Nombre de visites : 24

Rêves d’or

Rêves d’or

"Rêves d’or" est un premier film réalisé par Diégo Quemada-Diez en 2013. Ce film est un drame, d’origines mexicaine et espagnole d’une durée de 1H48.
Dans ce film, nous trouvons trois jeunes acteurs, déjà dotés de talents, Brandon Lopez dans le rôle de Juan, Rodolfo Dominguez interprétant Chauk, Karen Martinez jouant le rôle de Sara, ainsi que Carlos Chajon dans la peau de Samuel.

Tout commence au cœur du Guatemala, dans un bidonville. C’est dans cet endroit pauvre et délaissé que nous découvrons Juan, un jeune aux environ de seize ans. Par la suite, nous rencontrons Sara, une jeune fille pas plus âgée, et Samuel. Tous partagent le même rêve : accéder aux Etats-Unis. Sur leur chemin, ils feront la connaissance de Chauk, avec difficulté, puisque celui-ci ne parle pas espagnol. En effet, Chauk est un indien, et est repoussé par les membres du groupe,hormis Sara, qui elle est intéressée par sa différence, à l’inverse des deux garçons. Les adolescents ignoraient qu’ils se lançaient dans une aventure périlleuse et dangereuse, deux d’entre eux ne survirent pas au voyage, tandis que Samuel abandonna. Seul un d’entre eux arrivera aux Etats-Unis, et sera désagréablement surpris du fait que, ce qu’il pensait être un rêve, était tout simplement un autre cauchemar résultant du système injuste opposant les deux hémisphères.

Évidemment, le thème principal traité est l’immigration clandestine. L’auteur veut nous montrer le triste sort que subissent des jeunes, ou adultes, à vouloir intégrer un pays plus développé. Cela montre la noirceur, et la cruauté encore existentielle de l’homme envers l’homme.
Au sein même du groupe, nous pouvons constater des altercations : Juan est très agressif envers Chauk, tout d’abord car celui-ci est indien. Il y a donc encore le problème racial. Puis ensuite, Juan est jaloux de lui, puisque Sara, qui lui plait, semble montrer de l’intérêt pour Chauk. L’amour et la jalousie sont deux autres thèmes évoqués.
Un aspect intéressant du film, est que Juan, d’abord remplis de haine envers Chauk, était prêt à donner sa vie pour lui, suite au geste affectif de Chauk, qui a soigné ses blessures.

Dans l’ensemble, c’est un bon film. Il traite principalement le thème des clandestins, des émigrés, de l‘amitié, de l‘amour… Du déjà vu au cinéma, mais cette aberration socio- économique continue d’exister dans tant de pays. C’est un sujet fort, qui peut parfois nous toucher, mais c’est dans ces moment touchants que paradoxalement le spectateur peut être amené à s’ennuyer. Le spectateur peut cependant être marqué par des scènes relativement violentes,notamment lors du kidnapping de Sara par des terroristes. Un des aspects négatifs du film, est que nous savons peu de choses sur les personnages. Un autre point négatif, est que les garçons se remettent apparemment facilement de l’enlèvement de Sara, la fille qu’ils aimaient tous les deux.

MAHAUX Laura