Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Lisa

de Lorenzo Recio - France - 2007

Critique publiée par Coralie.P - le 27/01/2015
Seconde 6, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 84

Lisa, un film qui ne (nous) parle pas

Tout d’abord nous allons faire un résumé de Lisa. Lisa est un court-métrage de Lorenzo Recio qui dure 19 minutes. Recio est un réalisateur spécialisé dans ce type de film (court-métrage). Ce film a été réalisé en 2008 et il raconte l’histoire d’une petite fille prénommée Lisa, vivant à la campagne avec sa famille. Sa vie n’est pas très joyeuse car son père est très violent avec eux. Sa mère et ses frère sont soumis à l’autorité paternel. Lisa fuis alors le foyer et s’évade de ce monde cruel grâce à son imagination. On peut retrouver dans ses cachettes des objets qui comptent beaucoup pour elle et qui l’aide en la transportant dans l’imaginaire. Lisa est jouée par une jeune actrice nommée Nina Rodriguez de nationalité française et d’origine espagnole, c’est l’actrice principale. Elle obtient un rôle dans une série en 2006. Elle se fait connaitre grâce à Lisa. Le rôle du père est joué par Benjamin Feitelson. Il est britannique, sa carrière début en 1991 avec le film « Billy ». Le père joue le rôle d’un père maniaque de la propreté, il ne supporte pas la moindre tâche sur ses vêtements. Mikaëla Fisher joue le rôle de la mère. Elle joue le rôle d’une mère soumise à son mari, elle doit l’habillé. Mikaëla Fisher est une actrice et mannequin allemande. En 2013, elle réalise et produit son premier court-métrage « Die Tapferen Haeden im Chaos der Zeit ». Elle est également connue sous les noms Mika’Ela Fisher ou Mikaela Fisher .

Ensuite, bien que Lisa ait des points communs avec « Les Yeux sans visage » nous n’avons pas eu les mêmes impressions. Nous n’avons pas trop accroché à Lisa puisqu’à notre goût il n’y avait pas assez de dialogue donc nous avons trouvé cela ennuyeux. Il faut voir le film plusieurs fois pour bien le comprendre puisque le début est réaliste et la fin fictive. La petite fille (Lisa) est très sinistre étant donné qu’elle collectionne des animaux morts et qu’elle met un lapin dans le crâne de son père.
Il y a aussi le fait que Lisa vole la montre du père, bien consciente que sa mère se fera battre.
On dirait qu’elle n’a pas de sentiment vu qu’elle change son père, on dirait aussi qu’il devient une marionnette sans vie et qu’elle le laisse seul dans une barque (il va probablement mourir). Ainsi quand sa mère se fait frapper par son père, Lisa voit sa mère parterre au pied du lit inconsciente, elle la regarde pendant un long moment et s’en va sans lui porter secours.
Après, comme scènes importantes il y a le vol de la montre c’est ce qui va déclencher la "course-poursuite" entre le père et Lisa. Aussi quand le père se fait assommer par Lisa et qu’il a le crâne ouvert, Lisa lui enlève tous ses souvenirs et lui met ses souvenirs à elle.

Puis, nous avons remarqué qu’il y avait des ellipses, c’est-à-dire les moments que le cinéaste choisit d’éviter plutôt que de montrer. Par exemple pour les scènes de violence quand le père veut frapper sa femme. Nous verrons juste les conséquences (objets cassés, hématomes sur le visage de la mère etc...). Il y a beaucoup de gros plans sur la tête des personnages. Les dialogues sont principalement remplacés par des bruitages et/ou de musique. La présence des bruitages (le tic-tac de la montre) correspond à l’importance accordée à l’objet concerné. La fin du court-métrage est plutôt une fin ouverte puisque nous pouvons nous poser comme question au sujet du père : "que devient le père ?", "comment sera la famille sans lui ? "

Pour conclure, le film est constitué d’un père violent envers sa famille, d’une fille qui s’évade dans son monde imaginaire. Qu’il y a un retournement de situation quand Lisa remplace les souvenirs de son père par ses souvenirs à elle. Et que les scènes violentes sont évitées par des ellipses. Nous n’avons pas aimé ce film car nous l’avons trouvé ennuyeux car il n’y avait pas de communication entre les personnages et aussi car nous avons trouvé la fille anormale.

Coralie Pidemont, seconde 6
Clélia Dudouit, seconde 6