Lycéens et apprentis au cinéma en Basse-Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Basse-Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Vandal

Hélier Cisterne - France - 2013

Critique publiée par Sarah - le 21/02/2014
Seconde 6, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (2 votes)


Nombre de visites : 618

Le Graff, est-ce vraiment du VANDALISME ?

VANDAL, premier long métrage du cinéaste français Hélier CISTERNE est un véritable succès. Ce film sorti en France en 2013, met en scène Zinédine Benchenine (Chérif), Chloé Lecerf (Elodie), Emile Berling (cousin de Chérif), Ramzy (père de Chérif), et bien d’autre acteurs. Le sujet principal du film est l’adolescence, et les difficultés sociales et familiale. Le film se déroule dans la grande ville de Strasbourg.

Chérif, 15 ans, est un adolescent rebelle et solitaire. Dépassée, sa mère décide de l’envoyer chez son oncle et sa tante à Strasbourg, où il doit reprendre son CAP maçonnerie, et où il retrouvera son père (Ramzy). C’est sa dernière chance. Très vite étouffé par cette nouvelle vie, Chérif ne se sent pas à sa place. C’est alors que son cousin (Emile Berling), lui fait découvrir un nouveau moyen de s’exprimer : Le Graff.

Le film d’Hélier CISTERNE est une véritable réussite puisqu’il parle tout d’abord de l’adolescence et de la situation difficile du jeune héros de laquelle il va sortir ;et il interpelle l’attention des jeunes spectateurs qui ont déjà été dans cette situation, et même ceux qui ne l’ont jamais été. Musicalement le film est particulièrement intéressant car il passe du classique (dans la scène d’ouverture), en passant par le hip-hop puis à l’éléctro qui accompagne la réalisation du Graffitis finale. Les morceaux dans le film ont été sélectionnés par Franck Beauvais, mais le cinéaste doit la bande originale de son film au compositeur dont il avait aimé la musique : Ulysse Klotz. Artistiquement, on ne peut parler du film, sans pouvoir s’empêcher de parler des magnifiques Graffitis qui ont été conçus et réalisés par l’artiste LOKISS : Graffeur français reconnu. C’est lui qui a réalisé les œuvres pour le personnage de VANDAL dans le long métrage. Après avoir vu ce film nous avons remarqué que le Graff n’est pas nécessairement un acte de vandalisme comme on pourrait le penser avec le titre du film ; mais c’est bien un moyen de s’échapper, de décompresser, de s’exprimer, et reste avant tout de l’Art à l’état brut. Il fait parti d’un mouvement artistique appelé : le Street-Art, nous pouvons citer de nombreux artistes comme par exemple : Nick Waller, Aurelynx, ou encore Miss tic.

De plus nous pouvons observer que le film VANDAL essaye d’envoyer plusieurs messages aux spectateurs :
avoir un emploi est primordial, mais ’il faut aussi trouver sa voie
l’homme n’est pas immortel
rien n’est plus important que la famille, pour pouvoir avancer et se sentir bien dans sa peau

Tous ces messages construisent le film et ne peuvent que mériter félicitation, et louange. Enfin, ce long métrage est un véritable chef d’œuvre artistique et cinématographique, tant par ses prises de vues avec des jeux d’ombres et de lumière que par ses Graffitis réalisés par l’artiste LOKISS.

Ses qualités sont telles qu’on ne voit pas comment il n’emporterait l’adhésion du public. Intelligent et rond, constructif et bouleversant, familial et poétique, VANDAL est une grande réussite.

Victor DESCHAMPS & Mathilde HAMON MEJIAS.