Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Babel

Julie Bertuccelli - France - 2013

Critique publiée par nanis - le 20/05/2014
Seconde 6, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 26

LA COUR DE BABEL UN EXCELLENT DOCUMENTAIRE

La cour de Babel est un documentaire de 89 minutes de Julie Bertuccelli qui raconte l’histoire de plusieurs jeunes en classe d’accueil c’est- à- dire une classe constituée d’élèves étrangers qui sont venus en France pour étudier, pour des raisons politiques ou familiales. Julie Bertuccelli a suivi ces élèves durant une année scolaire dans la classe de Brigitte Cervoni.

C’est un documentaire très instructif qui traite plusieurs thèmes tels que l’apprentissage de la langue française. La réalisatrice nous montre que le français est une langue compliquée et totalement différente de la langue maternelle des élèves ce qui rend l’apprentissage difficile mais on constate que chaque élève travaille dur pour s’adapter. Elle représente aussi la religion car pour certains élèves, la religion prend une place importante dans leur vie. Maryam une élève libyenne qui a eu des échanges avec ses camarades sur des questions de religions qui lui tenaient à cœur nous le montre. Ce film parle aussi de la cohabitation entre différentes cultures des élèves au sein de la classe, des liens d’amitié qui se sont créés et des différences sociales car les élèves disent eux mêmes qu’ils avaient un mode de vie différent dans leur anciens pays. On a pu remarquer aussi que les collégiens français, ne comprenant pas forcément le français approximatif des élèves étrangers, les rejettaient.

C’est un film très surprenant qui nous a appris de nombreuses choses mais aussi touchant lorsque Madame Cervoni dit au revoir à ses élèves. Il n’y avait aucun acteur, les jeunes filmés n’étaient pas de simples personnages on pouvait alors se mettre complètement dans la peau des élèves, on comprenait ce qu’ils vivaient. La vie pour eux était difficile mais ils s’adaptaient car ils voulaient une vie meilleure. Cela nous fait réagir car eux donneraient tout pour être à notre place, avoir une éducation et un futur et comprendre que les petits tracas quotidiens ne sont pas grand- chose à côté de ce qu’ils ont vécu, par exemple Xin, une élève chinoise, n’a pas vu sa mère pendant 10 ans.

Le seul bémol est qu’on aurait aimé voir la suite, ce que sont devenus les élèves l’année d’après, ceux qui sont allés en classe normale, comment cela s’est-il passé ? Et ceux qui sont restés en classe d’accueil, ont-t-ils progressé ?

En conclusion ce film est une grande réussite, qui pour nous gagne de loin le prix Jean Renoir, un mélange parfait entre des émotions et des messages que Julie Bertucelli a su faire passer au spectateur.