Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par jonemarstone - le 16/12/2014
Seconde 6, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 10

critique de burn after reading

Réalisateur : Coen, Ethan & Joel
Acteurs : Brad Pitt, Frances McDormand, John Malkovich, George Clooney, Tilda Swinton
Genre : Comédie
Nationalité : Américain
Date de sortie : 10 décembre 2008
Durée : 1h35mn

Quelque part dans une banlieue de Washington, Linda Litzke, employée au club de remise en forme Hardbodies Fitness, a du mal à se concentrer sur son travail. La seule chose qui l’intéresse, c’est l’opération de chirurgie esthétique d’ampleur qu’elle désire subir. Elle compte sur son collègue, Chad Feldheimer, pour faire le boulot à sa place. Linda est à peine consciente que le directeur de la salle de sport, Ted Treffon, est fou d’elle, même si elle rencontre d’autres hommes via Internet. Lorsqu’un CD contenant des informations destinées au livre de Cox tombe accidentellement entre les mains de Linda et Chad, tous deux décident de tirer parti de cette aubaine.

 Il y a des longueurs dans ce film qui met du temps à commencer, mais comment peut-on lui en tenir rigueur lorsque à la fin du film, on sort du cinéma les traits tirés d’un sourire ? Car au fond, qui peut - lorsqu’il comprend ce scénario déjanté- s’empêcher de se dire : "tout ça pour ça ?" tellement l’enjeu est risible face aux conséquences.
Comment ne pas faire non plus le rapprochement avec la fin d’une ère politique qui a grandement ressemblé à l’image de ce film et comment ne pas se demander si sous cela ne se cache pas un lien avec "le pire président des États-Unis" ?
Quant à l’humour utilisé, ce film a le mérite d’utiliser une palette de personnages jouant tous d’un humour complètement différent : l’énervé, le benêt, le séducteur, le timide atteint d’une pointe de courage, les indécis puis la dernière, mal dans son corps qui déclenche catastrophe sur catastrophe sans vraiment s’en apercevoir... 
Seule déception à mon goût : la bande son ; les frères Coen nous ont habitué à mieux, aussi peut-on s’étonner qu’ils n’aient mis qu’une trame sonore au lieu d’une touche de musique qui aurait finalement pu, peut-être, combler les quelques longueurs de ce film, mais on ne peut leur en tenir rigueur.