Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Timbuktu

de Abderrahmane Sissako - France/Mauritanie - 2014

Critique publiée par marius - le 24/05/2016
Seconde 5, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 15

Timbuktu

TUMBUKTU, le film engagé d’un réalisateur qui dénonce les mouvements islamistes en Afrique

Le film Timbuktu commence et se termine par la même scène : une gazelle effrayée et qui court dans le désert. Elle est poursuivie par un 4x4 dans lequel des hommes s’amusent à la viser avec des armes pour s’amuser et font semblant de la tuer. Ces hommes, ce sont les djihadiste que le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako veut dénoncer. Ce film se déroule dans la ville malienne de Tombouctou tombée en 2012 aux mains des djihadistes et qui jour après jour, parcourent le village sur leurs motos, armes en bandoulière et rappellent violemment aux habitants qu’ils ne doivent pas écouter ni jouer de la musique, ne doivent pas fumer, ne doivent pas jouer au ballon sous peine de punition tels que des coups de fouet. Sissoko dénonce l’absurdité des lois islamiques imposées par les djihadistes et se moque d’eux, par exemple dans la scène ou ils imposent à une marchande de poisson de porter des gants.
A l’écart de la ville vivent Kidane, berger, musicien et Satima avec leur fille. Ils vivent paisiblement et heureux jusqu’au drame qui conduira Kidane à tuer un pêcheur suite à la disparition de sa vache GPS. Cet acte commis par un homme pacifiste est le résultat de la violence que subissent les hommes et les femmes depuis l’arrivée des djihadistes et de l’affrontement séculaire entre nomades et sédentaires.
Le cinéaste filme des scènes violentes avec des plans larges où il montre l’Afrique magnifique en opposition avec l’oppression que subit la population comme pour prendre du recul avec le drame que vit le Mali. Timbuktu est un film engagé auprès des opprimés, des femmes et des villages africains et qui nous rappelle que l’Europe et notamment la France ne sont pas les seules à subir la terreur des Islamistes. Un film qu’il faudrait largement diffuser auprès des jeunes mais aussi des adultes pour rappeler qu’un musulman n’est pas un djihadiste et arrêter les amalgames.