Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Tel pere Tel fils

Hirokazu Kore Eda - Japon - 2013

Critique publiée par Adrien - le 06/02/2016
Seconde 5, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 31

Tel père Tel Fils

Critique du Film « Tel Père, tel Fils » :

"Tel père, tel fils" est un film japonais sorti en 2013 et réalisé par Hirokazu Kore-eda. Ce film a obtenu le prix du Jury au festival de Cannes 2013. Ce film raconte l’histoire de deux familles très différentes mais pourtant bien plus proches qu’elles ne l’imaginent. En effet, le film tourne autour d’un échange d’enfants à la naissance dans un hôpital de campagne. D’un côté, nous avons la famille Nonomiya d’un riche architecte : Ryota et de l’autre, celle de Yudai Saiki un réparateur de matériel électronique plutôt pauvre par rapport à l’autre famille.
Ce film est agréable à regarder, car il reflète une aventure humaine vécue par ces deux familles. Cette œuvre dénonce la priorité qui est mise vis-à-vis des liens du sang et des liens créés par l’éducation d’un enfant et soulève la question des liens du sang « obligatoires ».
Dans ce film, il n’y a que très peu de temps morts, où le spectateur pourrait se désintéresser de l’intrigue, même sans être un film d’action, "Tel père, tel fils" tient le spectateur en haleine tout du long. D’autre part, le jeu des enfants vis-à-vis des parents est très important, car il nous fait comprendre que les enfants ont aussi leurs mots (aussi petits soient-ils) à dire dans ce qui les concerne. Ce film met aussi en avant indirectement la question de l’adoption dans un pays aussi traditionnel que le Japon.
Pour conclure, on peut dire que ce chef- d’œuvre est à la fois agréable à regarder, tout en nous faisant doucement réfléchir sur des questions fondamentales dans nos sociétés.