Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Soyez sympa, rembobinez

Michel Gondry - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par Laura - le 06/06/2014
Seconde 5, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 82

Michel Gondry et son univers créatif.

« Soyez sympas, rembobinez » de Michel Gondry est sorti en 2008, ce film raconte l’histoire d’un homme dont le cerveau devenu magnétique efface involontairement toutes les cassettes du vidéoclub dans lequel travaille son ami. Afin de satisfaire la demande de la plus fidèle cliente du vidéoclub, les deux hommes décident de réaliser les « remakes » des films effacés parmi lesquels « SOS Fantômes », » King Kong » et « Robocop ».

C’est un film drôle, inventif et chaleureux car ses remakes sont hilarants. Michel Gondry revient à ce qui fait sa force, l’absurde teinté d’humanité. Il a un univers unique, et pour peu que l’on soit réceptif, on ne peut qu’apprécier sa poésie et son sens du rythme. Il crie aussi son amour pour le cinéma et la création, fait participer les gens.

L’idée de refaire les films par une équipe de personnages totalement allumés est très bonne. Les personnages on un fort capital sympathie, c’est « amusant » de les voir effectuer leurs bidouillages vidéos. Après on peut trouver que cela manque d’humour parfait, que Mos Def est trop mou, que hormis les clins d’œil au septième art il n’offre rien de bien génial, que les films suédés devraient être plus nombreux... mais ce film original n’est pas seulement un hommage au jazz et à Fats Waller mais surtout un petit film qui joue le rôle de nous faire passer un bon moment.

L’apparent happy end final est somme toute trop conventionnel, mais comme toujours Gondry fait un film unique et montre que le cinéma est non pas à la portée des financiers mais des créatifs.