Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Tel pere Tel fils

Hirokazu Kore Eda - Japon - 2013

Critique publiée par Corentin - le 06/02/2016
Seconde 5, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 17

Dramatique et Philosophique...

"Tel père, tel fils"réalisé en 2013 par le grand cinéaste H. Kore-eda met en avant l’histoire ordinaire de Ryota père d’une famille japonaise assez aisée qui trouve beaucoup de défauts à leur garçon jusqu’à penser qu’il ne lui ressemble pas. Une chose que lui et sa femme Midori apprennent par la suite, c’est que leur bébé a été échangé à la naissance avec celui d’une famille beaucoup plus modeste : les Saiki. Une position critique pour les deux familles qui devront dès lors prendre des décisions très graves plongeant les familles dans un débat philosophique très intense sur l’éducation.

Je trouve ce film très dramatique, déjà qu’un échange de bébé puisse encore arriver à notre siècle, une chose que toute personne qualifierait d’inacceptable et encore plus désespérante pour des personnes croyantes ; mais qu’en plus, les familles soient orientées par les hôpitaux pour rééchanger les enfants alors qu’ils ont déjà pris leurs repères familiaux et leur niveau social ; tout cela pour ne pas faire du tapage jusqu’à la presse et provoquer un scandale pour l’hôpital. C’est tout de même révoltant, toute personne humaine devrait d’abord penser au bien-être de son enfant qu’il soit biologique ou non et bien réfléchir à deux fois à son avenir pour qu’il ait la meilleur chance possible.

Pour conclure, je pense que c’est un film qui fait réfléchir sur nos valeurs dans la vie au quotidien et qui montre que le plus vieux précepte qu’est celui de la famille est celui qu’il faut privilégier que l’on soit du même sang ou non.