Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Yeux sans visage

de Georges Franju - France - 1960

Critique publiée par Raphaldreamers - le 05/03/2015
Seconde 1, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 37

Raphaël Gouin et Médérick Basnier

Les Yeux Sans Visage,

Ce film est un mélange de réalisme et de fantastique puisque c’est un mélange de faits probables et tout à fait impossible, effectivement on peut avoir le visage totalement destructuré et presque disparu suite à une forte brûlure par exemple mais il est impossible de prendre le visage d’une autre personne et de le transmettre à une personne sans en abîmer le moindre centimètre surtout à cette époque où la technologie reste minimale comparé à nos jours.
Ce film reste tout de même une épouvante, durant le film nous sommes stressées mais aussi impatients. Le passage de l’extraction du visage est horrible pour nous même si la scène ne montre pas tant d’horreur puisque la personne à qui on l’enlève ne souffre pas mais il reste l’apparition de sang même si il n’est pas fait pour nous dégoutter puisque qu’il ne coule pas ou ne gicle pas, la douleur est plus grande de notre côté que du leur et c’est là que l’épouvante en est une.
Ce film nous montre un père qui aime sa fille jusqu’à prendre le visage de jeune fille pour le donner à la sienne, ici nous pouvons voir l’horreur des acte du père mais son amour à la fois, il prend la souffrance de sa fille pour la donner à d’autre, là est l’horreur.
L’insolite fait place ici puisque c’est une histoire peu commune et qui sort de l’ordinaire, d’un côté nous avons un quotidien tout à fait normal et de l’autre des faits étranges qui nous surprennent dès lors que nous nous y attendons pas forcément. La présence d’un masque nous voile la personnalité visible de cette fille, même si il épouse très bien ses traits de visage et bouge légèrement lorsqu’elle parle par exemple, mais même un visage reste un masque puisque le visage de professeur, émérite et son assistante, sympathique cache en réalité deux monstres.
Ce film reste bien et mérite d’être vue en particulier pour les fans de l’étrange et de l’inattendu.