Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Yeux sans visage

de Georges Franju - France - 1960

Critique publiée par Gwendal - le 05/03/2015
Seconde 1, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 10

Les yeux sans visage

Les yeux sans visage est un film d’épouvante en noir et blanc, français de George Franju, réalisé en 1960 avec comme acteurs principaux : Pierre Brasseur dans le rôle du docteur Génessier, Alida Valli dans le rôle de Louise, Edith Scob pour Christiane Génessier, François Guérin jouant le rôle du docteur Vernon et Juliette Mayniel pour Edna Grüberg.

Le docteur Génessier, dont la fille a eu le visage défiguré à la suite d’un accident de voiture, met tout en œuvre pour essayer de redonner un visage aux yeux de sa fille. Pour cela, il va faire des essais cliniques sur des chiens. Ensuite, avec une de ses ancienne patiente devenue son assistante, ils vont kidnapper des jeunes filles et vont les tuer pour voler leur visages et essayer de rendre, ces derniers, à la fille du docteur. Mais pour Christiane Génessiers que vas-t-il se passer ?
Le personnage du docteur Génessier est mal joué car nous trouvons qu’il ne donne pas assez d’intonation dans ses paroles et cela rend le film monotone. Il est aussi très mystérieux et, dès le début du film, on se doute qu’il a tué la jeune fille retrouvée dans la rivière. Louise, son assistante, joue très bien son rôle car elle est à la fois mystérieuse et avec elle, on ne se doute de rien sur les meurtres. Quant à Christiane, son rôle est assez mal joué, par exemple quand elle est sensée se cacher derrière la voiture, nous la voyons très bien et les moment où elle tue la compagne de son père n’est pas très réaliste à nôtre goût.
L’image du film en noir et blanc n’est pas vraiment superbe, cela rend le film morbide et visuellement ce n’est pas époustouflant, l’image n’est pas net.
Les décors sont bien choisis, ils sont en rapport avec le film, par exemple la clinique et la maison sont aussi morbide et angoissant comme l’image pour caractériser ce film d’horreur.
La musique du début était correctement choisie pour l’action qui se déroulait car elle était stressante, angoissante mais à la longue cela devient vite agaçant.
Le scénario ne tient pas debout, dès le début du film le spectateur a découvert la fin, elle est trop prévisible pour nous le scénario est mal construit.
Les effets sont mal fais, surtout au moment ou le docteur Génessier ôte le visage de Louise, on voit très bien au moment où le docteur scalpe la peau du visage de cette-dernière qu’il s’agit d’un feutre avec de l’encre qui coule, ensuite quand il retire le visage de Louise, on voit bien que la peau est faite en plastique et que le sang n’est que du maquillage. Cependant, nous trouvons que pour un film de cette époque, il est relativement bien fait car ils n’avaient pas tous les moyens que nous avons aujourd’hui, pour réaliser des films d’horreurs.

Enfin, le film, même s’il ne date pas de nôtre époque n’est vraiment pas captivant et pour un film d’horreur, il n’est pas très effrayant. Même s’il est ancien les effet spéciaux ne sont pas très bien réussi. Ensuite, c’est assez décevant et bien qu’il ne dure qu’une heure et demi, il nous paraît interminable et ennuyant pour le spectateur. Pour finir on dirait que le film a été tourné rapidement avec peu de moyens.