Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Lisa

de Lorenzo Recio - France - 2007

Critique publiée par MorganeG. - le 30/01/2015
Première L, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 19

LISA louée par Salomé Daniel

« LISA » est un film de fiction réalisé par Lorenzo Recio en 2008, c’est un court métrage de 20 minutes tourné en France, dans l’Orne, C’est un film tourné en noir et blanc, ce court métrage raconte l’histoire d’une fillette innocente qui nous raconte, a travers les images, sa vie et ces journées dans la maison de campagne où elle habite, mais sa vie n’est pas toujours très calme à cause de la violence de son père.

La situation initiale annonce tout de suite le thème du film avec une ambiance pesante, on y voit tout de suite les caractères des personnages, le père violent, la mère « soumise » et un peu perdue et Lisa une jeune fille maline.

Au début ce court métrage semble banal, par exemple, on y voit la mère avec un visage fin et innocent puis le père de famille avec des traits de visage durs et il paraît assez effrayant, ce film n’est pas le premier dans ce genre, d’ailleurs on peut faire un rapprochement avec le film de Charles Laughton « La Nuit du Chasseur » en comparant les deux personnages principaux, Lisa dans « Lisa » et le petit garçon dans le film de Charles Laughton. On peut voir aussi la ressemblance de Lisa avec certaines photographies qu’a fait Lewis Carroll, ou bien avec les contes de Charles Perrault « Le Petit Poucet », par exemple, ainsi qu’avec la photo de la gravure de G. Doré montrant l’ogre qui mange ses enfants que Lisa introduit dans le crâne de son père. Toutes ces références permettent aux spectateurs de se rapporter à ses propres connaissances culturelles.

« Lisa » est un court métrage avec un univers imaginaire, il n’y a qu’a regarder le quotidien de Lisa, la jeune fille est remplie d’imagination, en effet tout au long de ce film on remarque que la fillette a de multiples cachettes où elle met des objets étranges (des photographies, ou bien des animaux morts...), et puisque tous ces objets symboliques ont une cachette, c’est finalement dans la boîte crânienne de son père qu’elle enfouit toutes ses images et ses objets. Avec cela elle se crée la vie et le père dont elle rêverait, dans un monde onirique, tout ce qu’elle n’a pas...

Ce court métrage est construit sur des contrastes et des oppositions, essentiellement liés à la confrontation entre le père et sa fille. Par exemple l’utilisation du noir et blanc donne ici une dimension symbolique à la lumière et à l’image. D’après Lorenzo Recio : « Indépendamment des références, le noir et blanc sert surtout le discours du film » en effet « La clarté, la lumière, c’est l’univers de la petite fille » et « L’obscurité, le noir, c’est plutôt le monde du père. ». Ce noir et blanc nous plonge aussi directement dans le monde d’une famille anéantie.
Ce film est écrit sous forme de story board, il y des plans intéressants comme des contres plongées sur le personnage du père pour nous montrer un homme fort, le travelling dans la scène ou le père de Lisa la poursuit, des ellipses pendant des scènes violentes, ces ellipses nous obligent à faire appel à notre imaginaire, et enlèvent un certain réalisme au film et qui le rend un peu plus fantastique. Pour mettre en avant l’imagination des spectateurs, le réalisateur a choisi de faire de ce court métrage un film presque muet, le père faisant régner un silence assourdissant dans la maison, mais avec de la musique et la présence essentielle des bruitages (le tic-tac de la montre, par exemple)

Pour conclure, même si beaucoup de réalisateurs ont déjà filmé ce genre d’histoire Lorenzo Recio a su se l’approprier avec beaucoup de professionalisme surtout dans les différentes mises en scène. Ce film est interessant a regarder surtout pour ceux qui sont en quête d’imagination car beaucoup de scènes laissent à notre imaginaire le choix de l’interprétation de la scène.

Salomé Daniel