Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par Elaura.A - le 16/12/2014
Première L, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (1 vote)


Nombre de visites : 24

L’intelligence est relative.

 Un film choral à rebondissements. Ce film des Coen raconte l’histoire de personnes dont les vies vont se croiser. Linda Litzke veut se changer par la chirurgie ; un homme, Ousbourne Cox, quitte la CIA ; Katie Cox est une manipulatrice ; Harry Pfaffer est un coureur de jupons et enfin Chad Faldheimer, un actif hyperactif et très bête.

 Mr Cox décide d’écrire ses mémoires mais celles-ci se retrouvent copiées par erreur avec les comptes de son mari par Mme Cox qui souhaite divorcer. Le CD contenant les informations a été égaré par la secrétaire de l’avocat de Mme Cox dans un club de gym. Litzke trouve le CD et pense qu’elle peut obtenir, grâce à ces informations, les fonds pour effectuer ses opérations esthétiques. Toute l’intrigue est basée sur sa recherche d’une agence intéressée par ces informations.

 Burn After Reading est le pastiche d’un film d’espionnage et d’une comédie. Il ne connaît aucun changement crucial par rapport aux pastiches du même genre que l’on peut retrouver dans le cinéma. Les personnages de ce film sont des caricatures d’Américains moyens, ils sont dégradés.

 L’histoire de Burn After Reading est lourde et peu compréhensible. Les cinq protagonistes mis sur le même plan, entraînent un égarement du spectateur dans les différentes trames qui se mélangent dans nos esprits par leurs similitudes. Les acteurs les plus connus ont pris à contre-pied l’importance ainsi que les rôles qui leur sont attribués habituellement.

 Les choix de mise en scène des frères Coen ne sont pas appropriés à ce type de comédie que l’on pourrait qualifier, au premier abord et à la vison de l’affiche, de "plutôt sage". Une part de violence trop importante, si on la compare aux moments comiques du film, accentue le poids de ce scénario déjà surchargé : les assassinats de deux protagonistes sont montrés très explicitement. Cependant ces choix sont expliqués par la lignée dans laquelle ils s’inscrivent : la trilogie des idiots. Les messages que souhaitent délivrer les Coen sont desservis par la mise en scène car elle nous fait prendre le film pour une simple comédie.

 Burn After Reading n’est pas un grand film du cinéma américain. Il fait partie de ces films qui comblent les soirées dont le programme n’est pas convaincant. Il est à voir principalement si l’on aime ce genre car il faut s’accrocher à l’histoire afin de pouvoir suivre toute l’intrigue et surtout la fin. Il n’est pas adapté à tout type de public car certaines scènes peuvent heurter des âmes sensibles.