Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Burn after Reading

de Joel et Ethan Coen - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par ClementLsn - le 15/12/2014
Première L, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (1 vote)


Nombre de visites : 12

Burn After Reading

Burn After Reading (ou Lire et détruire) est une comédie d’espionnage américano-britannico-française réalisée par Joel et Ethan Coen. C’est le 13e film des frères Coen, sorti en France le 10 décembre 2008. Les acteurs principaux sont George Clooney, Frances McDormand, John Malkovich, Tilda Swinton. Ces nombreux rôles principaux font de cette œuvre un film choral.

Osbourne Cox (John Malkovich) est un analyste à la CIA en difficulté professionnelle en raison de problèmes liés à un alcoolisme inavoué. Obligé de démissionner de l’agence de renseignements, il décide de rédiger ses mémoires. Sa femme Katie, s’adonnant peu à la compassion, a une liaison avec Harry Pfarrer (George Clooney), lui-même tiraillé entre Katie et son épouse Sandy. En raison de sa liaison et de l’affaiblissement de son mari qu’elle commence à mépriser, Katie envisage le divorce. Sur les conseils de son avocat, sur un CD, elle copie d’archives financières et d’autres fichiers trouvés sur l’ordinateur de son époux. Ce CD contient aussi les débuts des mémoires. Quand Katie oublie par mégarde le CD dans sa salle de gym, le disque tombe entre les mains de Chad Feldheimer (Brad Pitt), et à sa collègue de travail Linda Litzke (Frances McDormand). Elle est inscrite sur un site internet de rencontres. N’aimant pas son physique, elle aimerait se payer une opération de chirurgie esthétique.

Les « frères Coen » sont les cinéastes Joel Coen et Ethan Coen, travaillant généralement ensemble. Ils font partie des maîtres du cinéma grâce à leurs nombreux chef-d’œuvre comme « True Grit » ou encore « Fargo ». Les styles et genres cinématographiques abordés par ces frères sont variés, ils maîtrisent aussi bien le comique que l’humour noir en passant par les thrillers. Ils cherchent principalement à jouer sur les angles de vue donnant une ambiance propre au film à l’aide des ombres ou des lumières.

Pour les acteurs, Clooney est un habitué des frères Coen, on le retrouve dans « O’Brother (2000) » et « Intolérable cruauté (2003) », alors sa présence dans ce film et son rôle d’agent maladroit et séducteur lui va à merveille. Brad Pitt y trouve un rôle à la mesure de son talent et prouve définitivement qu’il déborde de second degré et que le ridicule ne tue pas. Ces deux stars hollywoodiennes sont pour moi les plus intéressantes.

Le film est visuellement appréciable, accompagné des décors de Washington comme les buildings (Ambassade Russe), les cafés ou même la salle de gym sont eux à Paramus dans le New-Jersey.

La bande son de Carter Burwell, lui aussi familier des Coen après avoir composé toute la musique de leurs films sauf « O’Brother » s’inscrit bien dans celui-ci.

Le scénario nécessite plusieurs visions avant sa compréhension, car l’histoire est agrémentée d’un certain nombre de clichés et de dénonciation peu accessible dès la première lecture de ce film.

Le coût de Burn After Reading s’étend à 20 millions de dollars pour 96 minutes, il a été récompensé par :
- National Board of Review Awards 2008 : Top Ten Films
- San Diego Film Critics Society Awards 2008 : prix spécial pour Richard Jenkins.
-Festival de Saint-Sébastien 2008 : Prix du public
Et nominé aux :
Golden Globes 2008 : meilleur film musical ou de comédie, meilleure actrice dans un film musical ou une comédie pour Frances McDormand
BAFTA 2008 : meilleur scénario original, meilleur acteur dans un second rôle pour Brad Pitt, meilleure actrice dans un second rôle pour Tilda Swinton
Empire Awards 2009 : meilleure comédie

Je pense que c’est un film réussi, qui a ses atouts pour faire sourire une communauté de personnes de minimum 15 ans et plus. Je vous le conseille.