Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Tel pere Tel fils

Hirokazu Kore Eda - Japon - 2013

Critique publiée par colineporquet - le 06/02/2016
Premiere ES 2, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 12

« Tel père, tel fils » Le choix d’une vie

Ryota, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans, Keita, une famille idéale au Japon. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l’hôpital où est né Keita leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’ils ont élevé n’est pas celui qu’ils pensaient être et leur fils biologique nommé Ryusei a grandi dans un milieu plus modeste.

"Tel père, tel fils" est un film rempli de sensibilité et d’intelligence signé par le réalisateur japonais Hirokazu Kore-Eda. Le jeu des comédiens est fascinant et nous surpend devant ces rôles d’enfants innocents et d’adultes victimes à travers lesquels les émotions et la sensibilité nous traversent.
La mise en scène est travaillée, avec ses plans larges, mais sans effet inutile grâce à sa musique parcimonieuse, douce et calme. Une sorte de dualité se met en place entre la famille aisée des Nonomiya et la famille Saiki plus provinciale qui essaient de défendre les principes et les valeurs de chacune.
Entre un père- Yudai- voulant assurer le bonheur de sa famille sans à avoir besoin d’utiliser la notion de l’argent, un père préférant profiter des siens que de se tuer à la tâche et un autre père -Ryota-, considéré comme chef de famille, dont le but est d’inculquer la réussite, le courage, le bon sens et la sagesse à son fils.

Le personnage de Ryota se trouve dans un dilemme tellement compliqué et émouvant qu’il nous entraîne également dans ce sentiment de peur et de tristesse car une décision importante doit être prise rapidement. Le père de sang de Ryusei croit qu’il doit absolument choisir entre son enfant de cœur avec lequel il a passé 6 années en temps que père responsable et en temps que modèle et pour lequel il éprouve une certaine affection, ou bien, choisir son enfant biologique mais qu’il ne connaît pas, cependant qu’il aime tout de même grâce à leur lien sanguin. Ceci est un choix des plus délicats qui aura un impact sur l’avenir des membres de ces familles, un choix qui pour nous, spectatrices, semble donc impossible et dangereux…ce qui fait qu’un sentiment de compassion se forme.
Les spectatrices et auditrices que nous sommes s’identifient à cette situation compliquée, ne pouvant nous empêcher de nous demander ce que nous aurions fait dans ce cas.

Yudai, lui, a tendance à passer plus de temps avec ses enfants. C’est un homme qui nous donne le sourire grâce à sa bonne humeur et sa joie de vivre de tous les jours dans une famille complète et heureuse. Il prend le temps de jouer et de rendre service comme réparer ou construire quelques jouets pour ses enfants ce qui crée une certaine admiration de la part de Keita et Ryusei.
Nous serions plus tentés d’aller vers cette famille qui prend le temps de grandir avec ses enfants, peu importe le niveau de vie et la catégorie sociale qui sont peu visibles face au bonheur qu’ils se procurent ensemble. Tandis que l’autre famille à l’air d’être confrontée à des règles à chaque seconde, obligée de se tenir correctement, de faire du piano, de dire bonne nuit, de se tenir droit… supportant en même temps l’absence constante du père. Cela nous attriste lorsque nous comprenons au final que Ryota est un père ne demandant que de recevoir de l’amour de la part de son fils et de sa femme mais que malheureusement sa situation ne lui facilite guère la tâche d’être un bon père.

Ce film développe une réflexion pleine de finesse et de sensibilité sur le thème de l’inné et de l’acquis.