Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Tel pere Tel fils

Hirokazu Kore Eda - Japon - 2013

Critique publiée par Naurey - le 06/02/2016
Premiere ES 2, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 39

Tel père tel fils, l’après- séance

Critique du film : Tel père, tel fils
Norais Alexandre, 1ES2

Le film « Tel père, tel fils » est à la fois une comédie dramatique et un film d’action documentaire japonais réalisé par le grand Hirokazu Kore-eda en 2013.

Hirokazu Kore-eda est né en 1962, il est un des plus grands réalisateurs japonais, il a en quelque sorte redéfini le genre de l’action, en y mêlant une part de documentaire notamment sur des faits de société pouvant atteindre des personnes comme chacun. Il a un grand palmarès de récompenses, comme au Festival de Cannes 2013 où il a reçu le Prix du Jury grâce au film étudié de "Tel père, tel fils".

C’est un film nous présentant Ryota Nonomiya, un architecte reconnu dont les valeurs morales sont la réussite et de savoir donner le meilleur de soi-même. Il a une femme, Midori ainsi qu’un fils, Keita ; ils habitent tout trois dans une belle et grande maison dans un riche quartier de Tokyo. Un beau jour, cette famille reçoit une lettre leur indiquant qu’un changement a eu lieu lors de la naissance de Keita, s’en suit une rencontre avec la famille Saiki, la famille avec laquelle l’échange aurait eu lieu. Ryusei, le fils de sang de Ryota Nonomiya, est né dans un milieu plus modeste, dans la famille des Saiki. Yudai, le père, est un réparateur de génie travaillant chez lui dans la vente d’objets mécaniques. Il ont des valeurs bien moins strictes et plus « joyeuses » que les autres. Ryota aura donc du mal à choisir entre le sang ou l’amour.

Ce film est réalisé sur le thème de l’opposition, de deux milieux contrastés entre une famille très aisée mais avec un père absent, qui ne côtoie pas forcément ses parents, qui s’occupe de son fils lorsqu’il en a le temps, car il ne fait que travailler et dormir, mais il ne va jamais lui dire bonne nuit. De l’autre, une famille plutôt modeste qui vit « d’amour et d’eau fraîche », mais qui est très soudée, avec un père sans cesse avec ses enfants jusqu’au bain traditionnellement pris ensemble.
Au cours de l’histoire, on verra la progression de ces deux enfants, dans leurs famille respective, mais on se rendra vite compte que ce ne sont pas les enfants qui en apprendront le plus, mais les parents.


En conclusion
, c’est un film que j’ai trouvé plutôt instructif, le mélange entre l’action et le documentaire était magnifiquement bien dosé, on se confond dans le film en s’identifiant aux deux familles, nous posant la question à nous- mêmes : « Que choisirions-nous ? ». Le cadre entre en compte, entre une belle villa, et une petite maisonnette de campagne, et c’est dans ce décor que nous progresserons au long du film, pour qu’au final, on en reparte avec une réelle leçon de vie.