Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Tel pere Tel fils

Hirokazu Kore Eda - Japon - 2013

Critique publiée par Nathan - le 06/02/2016
Premiere ES 2, La Morandière ,
Granville

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 14

BELLE AVENTURE HUMAINE

Ce film présente deux familles japonaises de milieux sociaux opposés que le destin réunira dans les circonstances particulières d’un échange de bébés révélé six ans plus tard. C’est donc avec finesse et émotions que le réalisateur Hirokozu Kore-Eda aborde cette situation et les choix, dilemmes et réflexions auquels les parents devront faire face et qui agiront par conséquent sur l’avenir de leurs fils.

Dès les premiers instants à travers la toute première scène, on remarque avec froideur la famille de Keita, fils d’architecte qui passe une sorte d’entretien d’embauche pour rentrer dans une école primaire privée, qui révèle la société japonaise où l’échec et la non-réussite sont signes de quasi criminalité. Mais à l’inverse après avoir appris que leur fils de 6 ans avait été échangé à la naissance, on découvre l’autre famille, celle du petit Ryusei, de milieu beaucoup plus modeste et laxiste où la relative pauvreté rime avec bonheur et joie de vivre.

Le père aisé à l’annonce de la "faute" commise par l’hôpital qui se révélera volontaire par la suite, voit toutes ses attentes vaines envers son fils et voit ainsi ses espoirs bien égoïstes déçus en disant « Tout s’explique donc... »

Tout au long du film se développe une réflexion sur le thème de l’inné et de l’acquis, du sang ou de l’amour.

Ryota le père riche comprend à travers le morceau de piano que jouait régulièrement son fils Keita, que malgré les liens du sang, les 6 années passées auparavant sont fondatrices et indéfectibles dans une relation humaine telle que celle d’un père et son fils.

Pour conclure, j’ai apprécié « Tel père, tel fils » de Hirokazu Kore-Eda. Ce film touchant nous démontre combien les sentiments peuvent être plus forts que les liens du sang et remet en question la définition de lien parental. C’est une belle leçon de vie.