Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Le Havre

Aki Kaurismäki - France - 2011

Critique publiée par Le Moineau - le 22/05/2016
Troisième BURTON / Jean Follain, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 10

Le temps du film

« Le Havre » est un film d’Aki Kaurismäki sorti en 2011. Aki Kaurismaki est un anticonformiste. Ce réalisateur crée beaucoup d’anachronismes notamment dans « Le Havre ».

« Le Havre » raconte la vie de Marcel, un homme âgé qui est cireur de chaussures dans la ville du Havre. Il vit une routine : il se lève, part travailler, rentre chez lui où il retrouve sa femme Arletty, va au bar pendant que sa femme prépare à manger puis il rentre et mange. Mais sa routine va être bouleversée quand Arletty va tomber malade et doit aller à l’hôpital. Idrissa, un immigré du Gabon, entre en même temps dans la vie de Marcel. Ce dernier va s’occuper de lui, le cacher de la police avec l’aide de ses amis et voisins.

Dans ce film, Aki Kaurismaki mélange les époques. Il y a un mélange des années 1960 et des années 2000. Les voitures sont des années 1960 mais à un moment, nous voyons un téléphone portable qui est des années 2000. Dans une des scènes du film, un calendrier affiche 2007. Les vêtements sont plus de 1960 surtout ceux du commissaire Monet. Il est habillé tout de noir. Maintenant les commissaires ne sont plus habillés de cette manière. Le film est sorti en 2011 et a donc été filmé un peu avant. Les technologies pour filmer étaient bien poussées, les qualités d’images étaient bonnes mais dans ce film, les images sont un peu pixelisées ; ce qui ramène "aux vieux films" et donc toujours à l’anticonformisme d’Aki Kaurismaki. Cette intemporalité a un impact sur l’histoire : elle devient elle aussi intemporelle et peut exister à plusieurs époques différentes.

Ce procédé qui nous perd dans le temps est pour toi très bien utilisé et fonctionne bien ; tout au long du film nous ne savons dans quelle époque nous nous trouvons car si nous ne voyons pas le calendrier, nous n’avons aucune information temporelle. Si vous voulez être temporellement perdu, allez rapidement voir ce film.