Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Le Havre

Aki Kaurismäki - France - 2011

Critique publiée par Agent Le chat - le 22/05/2016
Troisième BURTON / Jean Follain, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 5

Le Havre

Le Havre est un film d’ Aki Kaurismäki réalisé en 2011. Le personnage principal, Marcel Marx, est joué par l’acteur André Wilms un des acteurs que l’on retrouve dans beaucoup de films du réalisateur.

Le Havre pourrait être comparé à un conte. En effet, il y a beaucoup d’adjuvants : par exemple, Yvette la boulangère et l’épicier qui donnent de la nourriture à Marcel.
Les personnages vont aider le jeune émigré africain Idrissa à rejoindre sa mère à Londres. Il se produit aussi de petits "miracles" comme la survie des émigrés après plusieurs jours passés dans un conteneur : le bébé qui dort paisiblement dans les bras de sa mère en est un exemple. Les opposants ne sont pas très nombreux : Jean-Pierre Léaud, le voisin délateur, en est un ; l’acteur favori de François Truffaut. Et comme dans tous les contes, ils finissent par perdre.

Les jeux de lumières aident à reconnaitre les "gentils" et les "méchants" comme par exemple, Arletty dans sa robe jaune et lumineuse alors que l’inspecteur Monet est tout habillé de noir ; il est sombre.

L’intemporalité dans le film rappelle celle des contes qui sont universels ; ils cherchent à s’adresser au plus de monde possible, transmettre une morale. Justement, dans le film, on dirait qu’ Aki Kaurismäki cherche à transmettre un message sur la solidarité des gens entre eux.

Le film d’ Aki Kaurismäki emprunte certains aspects du conte, il pourrait être comparé à celui-ci mais à une exception près, c’est que dans le film, des changements de camp sont présents ; par exemple des méchants vont rejoindre les gentils.

En conclusion, je trouve que ce film est assez ennuyeux, lent : on s’attend trop à ce qui va se passer.