Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Le Havre

Aki Kaurismäki - France - 2011

Critique publiée par bébéocé - le 22/05/2016
Troisième BURTON / Jean Follain, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 6

La solidarité d’un homme...

Le Havre a été réalisé en 2011 par Aki kaurismäki dans la ville portuaire du Havre.

Ce film met beaucoup en valeur la solidarité qui est un fort sentiment d’humanité. Dans ce film, Kaurismäki met en scène par le biais du scenario, des valeurs intemporelles et omniprésentes.
Ainsi, dans ce film, on peut dire que Marcel est le personnage principal, il est solidaire d’ Idrissa, un jeune immigrant venant d’Afrique noire.
Au début, Idrissa se retrouve au Havre, une ville située en Normandie. Il s’enfuit de ce conteneur et il est ensuite recherché par la police. Marcel est plutôt courageux et, comme je le disais, solidaire à la fois. Par exemple, il aide Idrissa à s’en sortir, à surmonter toutes les épreuves qui se présentent.
A la fin du film, il l’aide également à s’enfuir. On peut dire que Marcel est courageux, car au moment où Idrissa apparaît dans sa vie, Arletty, sa femme tombe gravement malade et se retrouve à l’hôpital. Marcel est donc seul chez lui, mais avec ce jeune garçon, il se sent moins isolé comme s’ il avait trouvé un fils sur qui veiller. Il ne baisse pas les bras, même si sa femme lui manque ; par exemple, Arletty lui faisait tous les soirs à manger, donc c’est dur sans ces petites habitudes. Marcel est aussi soutenu par sa chienne Laïka, qui le suit tout le temps, qui reste près de lui.

Pour conclure, j’ai bien aimé dans ce film : la solidarité y est très présente.
A votre avis, est-ce-qu’ une fin est envisagée ? Idrissa retrouve-t-il sa mère ?