Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Le Havre

Aki Kaurismäki - France - 2011

Critique publiée par Michelle - le 23/05/2016
Seconde C / Lycée Curie, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (1 vote)


Nombre de visites : 11

Le Havre, l’humanité avant tout.

Le Havre, film de Aki Kaurismäki, raconte l’histoire d’un cireur de chaussures dont la vie va basculer du jour au lendemain. Sa femme, Arletty, tombe gravement malade et doit se rendre quelques semaines à l’hôpital. Durant ce temps, son mari accueille chez lui, un jeune migrant, et fait tout son possible pour l’aider à passer en Angleterre.
L’affiche montre deux hommes, un petit garçon et un chien. Vous serez surpris de la focalisation choisie. Je vous laisse deviner.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y a, réellement, aucune action dans ce film. Certes l’intrigue est présente mais malheureusement, pour moi, la mise en scène est bien trop lente. En effet, alors que l’histoire a l’air prenante et attractive, lorsqu’on regarde le film, on se perd un peu. Chaque scène dure son temps, les personnages parlent lentement et les dialogues sont restreints, comme si on assistait à un film muet. Chaque plan dure quelques secondes, voire quelques minutes. Il faut donc une certaine patience et un certain calme pour regarder ce chef-d’œuvre cinématographique. Il ne faut pas attendre l’intrigue en action, elle ne viendra pas.

Par contre, cela nous permet de cerner les petits détails, et c’est là que tout devient intéressant ! Le réalisateur, comme pour la plupart de ses films, a mélangé deux temps, les années 1950-60 et notre époque, grâce au décor dans le bar, c’est-à-dire, le style de la décoration, ou encore, les vêtements de chacun par exemple.

Mais ce qu’il faut réellement retenir de ce film, c’est la morale que le cinéaste veut nous faire passer qui se résume en un mot : Solidarité. En effet, si les scènes sont si longues c’est pour accentuer cette morale, et la rendre éternelle. Chaque personne dans ce film renvoie une solidarité et une humanité remarquables. Par exemple, l’homme avec le migrant, les commerçants du coin qui aident avec leurs petits moyens, le petit concert organisé, l’histoire de couple rabibochée ou, le plus flagrant, le policer ... mais je vous laisse découvrir.
.