Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Persépolis

Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud - France - 2007

Critique publiée par edouard123 - le 11/05/2017
Seconde C / Lycée Curie, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 3

Critique de "Persépolis"

Persépolis, est un film d’animation historique et autobiographique français de Marjane Satrapi et de Vincent Paronnaud datant de juin 2007. Persépolis, c’est l’histoire d’un pays mais aussi l’histoire d’une famille. C’est un film qui raconte la vie de Marjane Satrapi, Iranienne d’origine et Française d’adoption.
Marjane est une petite unique fille de 8 ans, choyée par sa famille. Ses parents lui inculquent le respect d’autrui, la tolérance. Ils soutiennent la révolution contre le chah (1979). Mais lors de la mise en place de la République Islamique, leurs espoirs de liberté vont tomber et on va assister à un bouleversement politique et culturel.
Marjane, petite fille pleine d’espoir et d’innocence qui rêvait de changer le monde doit désormais se soumettre à la dictature des « gardiens de la révolution ». Elle va subir les privations et les bombardements lors de la guerre Iran-Irak. Elle devra porter le voile. Adolescente à la langue bien pendue, elle se révolte de plus en plus. Pour la protéger, ses parents décident de l’envoyer en Europe, loin des affrontements et de sa famille.
Elle débarque seule à Vienne à 14 ans, et elle va connaître une deuxième révolution.Une nouvelle vie commence pour elle sans qu’elle y soit préparée. Elle va vivre la séparation de sa famille mais aussi la différence.
Dans la première partie du film, on assiste aux événements qui ont mené l’Iran à se soulever contre le Chah, puis à sombrer dans une République Islamique. Puis dans une deuxième partie, on découvre la réalité de la guerre, avec ses déchirements mais aussi l’influence de cette guerre sur la vie d’une jeune adolescente.
Marjane raconte son enfance, son adolescence et sa vie de jeune adulte. Le film est construit sur des retours en arrière constants, , il ne suit pas l’ordre chronologique de la vie de Marjane, c’est pourquoi le film démarre avec la phrase « Je me souviens »
On a l’impression d’assister à un voyage dans le temps car le passage entre les époques est mis en évidence par un changement de lumières. Les couleurs du film sont représentées par une époque différente, c’est à dire la couleur pour le présent et le noir et blanc pour le passé. Les moments de danger et de violence sont souvent dessinés en ombre chinoise, qui symbolisent la crainte aux yeux de Marjane, le noir des vêtements, et les images de couleurs ou blanches qui symbolisent le présent de l’héroïne qui est souvent habillée de blanc, qui symbolise le bonheur de Marjane, ce qui fait la différence entre le monde des adultes et l’enfance.
En fait, on assiste à deux mondes différents : une vie de famille chaleureuse d’une jeune fille insouciante et pleine de vie qui mène une vie tranquille et qui s’oppose à un autre monde où on doit se soumettre à la dictature et où on tente de survivre avec la dureté du monde extérieur.Une jeune fille qui est confrontée à une nouvelle vie, qui va devoir se priver et respecter les lois, vivre dans une société qu’elle ne connaît pas où les femmes ne sont pas libre de leur mouvement et où elle devra porter le voile pour respecter les règles religieuses.
Persepolis est un film d’animation qui fait référence à l’histoire de l’Iran au XX ème siècle où la république Islamique restreint les libertés d’expression et oblige la population à vivre dans la peur en imposant ses règles dans la société et parle aussi de l’enfance d’une jeune enfant nostalgique qui aimerait revenir dans le passé et où l’humour est le seul moyen pour survivre.