Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Combattants (Les)

de Thomas Cailley - France - 2013

Critique publiée par Zola - le 03/01/2017
Seconde 505 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 11

Une aventure version atypique.

Quand on lit le titre « Les Combattants » on pense d’abord à un film de combat, alors que dans celui- ci on parle d’action, d’aventure mais aussi d’amour. Thomas Cailley, 36 ans, a tourné son premier long métrage avec cette réalisation sortie en 2014 qui dure une heure et trente- huit minutes.
Madeleine jouée par Adèle Haenel, est une jeune femme courageuse, entreprenante et téméraire qui a un comportement d’homme dans sa manière de parler et d’agir. Elle est hantée par la fin du monde. Arnaud joué par Kévin Azais est un jeune homme doux, courageux, fleur bleue, calme, timide et renfermé sur lui même, on peut le comparer à une femme par rapport à sa douceur envers les autres. Les deux personnages évoluent : Madeleine devient plus sensible et moins agressive, Arnaud va devenir plus courageux et il aura plus de répartie. Dans ce tournage il y a un personnage principal, c’est Madeleine : elle joue un rôle important mais nous avons aussi un héros qui est Arnaud. Il se présente à l’armée de terre pour avoir un matelas pneumatique. Pour les obtenirs il doit avoir un entretien sur le stage de survie. En sortant du véhicule il rejoint ses amis qui l’ont inscrit sur la plage à un combat d’initiation à l’auto- défense, c’est à ce moment précis qu’Arnaud rencontre Madeleine. Victor et Xavier deux amis d’Arnaud ne pensent qu’à s’amuser, Arnaud va donc s’en détacher pour poursuivre l’aventure avec Madeleine. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils vont disparaître assez rapidement.
Le film commence avec un fond noir où on entend des voix, puis l’image apparaît. Cette réalisation est tournée principalement en extérieur. Le cameraman tient sa caméra de deux façons différentes dans certaines séquences de façon travelling mais aussi en panoramique, elle sert aussi à traduire les points de vue interne quand Madeleine et Arnaud se parlent seuls à seuls.
Le film manque d’actions marquantes ce qui peut donner un a priori négatif sur celui-ci. Le côté positif c’est d’avoir enlevé les stéréotypes des genres hommes et femmes, ce que Thomas Cailley a réalisé en faisant une inversion des genres.