Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Persépolis

Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud - France - 2007

Critique publiée par limana bellum - le 29/04/2017
Seconde 505 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 6

Persépolis un simple film ou une véritable œuvre d’art ?

Persépolis est un film animé, français et qui est la plus grande partie du temps en noir et blanc, mais avec quelque scène en couleur, il met en scène la vie d’une petite fille de huit ans. 
C’est également un long-métrage autobiographique, en effet, en s’attardent plus sur la vie de Marjane Satrapi, une des réalisatrices de ce chef d’œuvre, on apprend qu’elle a vécu elle aussi en Iran comme l’héroïne du scénario et comme elle, elle est a eu une vie difficile et bousculée. 

Cette œuvre retrace donc l’évolution d’une jeune fille qui habite à Téhéran en 1978 et qui, petit à petit grandira pour devenir adulte.
L’histoire fait grandir son héroïne à travers l’humour et la joie, surtout dans la période de la puberté malgré les changements de son pays à la suite de la chute du régime du Shah. La fillette oublie alors petit à petit, son rêve d’enfance, devenir un prophète.
Plus tard, Marjane devenant adolescente partira de chez elle pour l’Autriche à cause des nouvelles règles instaurées à Téhéran. 
Cette jeune femme ne rêve alors plus que d’une chose, la liberté.

Cette liberté tant espérée par chaque personne, Marjane la trouvera, mais a qu’elle prix ? 
Pour avoir ce qu’elle veut, notre héroïne devra passer par le renouveau, l’acceptation de soie et des autres, mais aussi par la tristesse, le manque, et surtout elle par la solitude. On remarque cela grâce à quelque détail du décor comme la fumée présente assez souvent ou bien les escaliers qui semblent infinis lors des mauvaises nouvelles. 

Avec le personnage qui évolue et qui change physiquement et mentalement, le spectateur redécouvre le monde ce qui permet au public de ressentir de la compassion pour le personnage principal. De plus, c’est une œuvre dirigée par la mort, l’appréhension, le changement et la peur ce qui le rend fascinante, et même si c’est assez rare de voir de bon film animé, je pense pouvoir dire que Persépolis n’est pas bon, il est excellent. Il n’est pas forcément accessible à tous même s’il n’y a aucune image choquante sur la guerre ou autre chose, mais il faut une certaine culture pour pouvoir le comprendre.
Au final Persépolis et une œuvre excellente qu’il faut absolument aller voir. 

Limana Bellum