Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Persépolis

Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud - France - 2007

Critique publiée par Emeline - le 02/05/2017
Seconde 505 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 9

Persépolis

Persépolis est la capitale de l’Empire Perse nommé l’Empire Achémérisde, sortis en 2007, faisant un carton dans les cinémas, Persépolis est un animé comique très touchant réalisé par Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud, d’autant plus qu’il est inspiré d’une histoire vraie. Dans laquelle on découvre tout d’abord par le point de vue d’une petite fille insouciante nommé Marjane, la vie en Iran en 1978. Vivant dans une famille intellectuelles, moderne et dans une bonne classe sociale du à un milieu de vie aisée. Marjane suit l’exemple de ses parents dans la révolution contre le chat, dans laquelle ils ont placés tous leurs espoirs. Puis très vite les changement opèrent dans sa vie et sa vision des choses changeras par la suite. Elle change et prend un point de vue différent lorsque leurs espoirs disparaissent avec la République islamique. Marjane devient ensuite une adolescente qui n’a pas peur de s’exprimer et de se démarquer lorsque c’est dangereux. Ses parents l’envoient donc à Vienne ou elle mené une deuxième révolution totalement différente mais ou qu’elle aille Marjane ne trouve sa place nulle part , ni même chez elle. Cette adolescente révolte par toutes les inégalités qu’elle subit ne s’empêche jamais de donner son avis, c’est le personnage le plus attachant.

Dans cette animé les couleurs sont choisis exprès pour les différents passages. C’est intéressant de remarquer que les traits des dessins en occurrence les personnages ressemble beaucoup à ceux des BD. La plus-part du temps dans cette animé le noir et le blanc servent à faire transparaître les sentiments triste de Marjane ou d’autres personnages, ils font toujours presque référence à son passé. Tandis que les passages en couleurs dans le présent sont les moments heureux de la vie de sa vie. Quand un moment heureux de sa vie se produit, une fondue au blanc se déroule juste avant car cela est énonciateur du bonheur alors que lorsqu’il s’agit d’un fondue au noir on sait que c’est un passage malheureux qui se déroule par la suite.

Toutes les scènes dramatique ou qui font susciter de la peur sont représentées par des ombres noirs et les contours des objets, les murs ou le décors sont déformés en fonction du ressentis du ou des personnages comme quand ils ont peur. Cela fait référence à un mouvement cinématographique nommé l’expressionnisme allemand. Il consiste à montre les sentiments du ou des personnages en déformant la réalité, comme les décors ou les objets présent dans l’image. Très souvent utilisé pour exprimer la peur, l’angoisse et la folie de certain personnages. Dans cette animé par exemple quand Marjane ressent de l’angoisse le décors et déformé se qui accentue les effets de malaise.

Toute cette animé nous est représenter par le point de vue de Marjane de son enfance à son évolution d’adolescente par son ressentis d’adulte ou elle ne trouve jamais sa place. Cette animé ne fais que ressassé les souvenirs d’enfance de Marjane. Et Marjane et Marjane Satrapi ne font qu’un se sont une même personne.

Le personnage principal, l’héroïne si l’on peux dire et Marjane et dans toutes les scènes les femmes sont au premiers rôle alors que les hommes en générale sont plus en retrait.

Les deux réalisateur ont fait le choix de représenter les bonnes sœurs en une caricature pessimiste ou les femmes et enfants voilés sont toutes pareil avec uniquement les expressions du visages qui les différencies, c’est pour ainsi montrer une facette ridicule de la guerre de religion. Cette animé traite aussi différentes inégalités comme la différence entre hommes et femmes, la différence de milieu sociaux, les religions omniprésentes, la guerre... Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud ont eux mêmes dessinés tout les personnages et décors présent dans toutes les scènes. Il est très difficile d’attribuer un thème précis à Persépolis puisqu’il traite différents types de sujet.

Mais c’est un animé tout publics, pour les enfants et adolescent tout comme les habitués cinématophile car il est très intéressant au niveau cinématographique.