Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Combattants (Les)

de Thomas Cailley - France - 2013

Critique publiée par Emeline - le 09/01/2017
Seconde 505 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 14

Les combattants, une oeuvres original qui mélange plusieurs genres cinématographiques. 

Ce long métrage est réalisé par Thomas Cailley, un jeune réalisateur âgé de 36 ans, qui tourne son premier long-métrage avec plusieurs genres. C’est un vrai chef-d’oeuvre. Il choisit des acteurs peu connus ce qui donne encore plus d’originalité à son oeuvre. De la comédie à la tragédie en passant par l’aventure, l’absurde, l’humoristique, l’action, la comédie , la catastrophe ... Cela dénonce aussi la société de consommation actuelle.
Les deux personnages principaux sont Arnaud et Madeleine, deux jeunes adultes totalement opposés, qui a priori au début n’ont rien à faire ensemble. Ils sont plutôt "étranger" mais au fil de l’histoire il y a un rapprochement entre eux .
Madeleine est plutôt du genre à se comporter comme un homme, elle est grande, musclée avec le regard dur. Elle sait se qu’elle veut mais est incapable de solidarité c’est un personnage plutôt viril, masculin et pessimiste. C’est une femme un peu trop mature pour son âge, elle refuse tout au long la société de consommation mais elle est pourtant une consommatrice elle-même.
Arnaud quant à lui représente bien les ados de son âge, il est un peu immature et naïf mais il est aussi timide, réservé et perdu.
C’est un film humoristique en partie grâce à Victor et Xavier, deux amis d’Arnaud qui au début a les remarques pertinentes que dirait un jeunes de leurs âge comme : " bah putain si c’est ça les meuffes cet été, merci et vive la France ! ". Il représente bien le jeune de l’époque un peu perdu et qui se laisse facilement influencer par les autres.
Arnaud se laisse guider par Madeleine tout au long du film, il décide de suivre cette femme si sûre d’elle qui prend les devants, grâce a sa différence avec les autres femmes de son âge. Elle l’attire parce qu’elle est différente tout comme lui. Arnaud prend goût à cette aventure dans laquelle l’a entraîné Madeleine. On peut dire qu’il y a une inversion des rôles entre homme et femme, entre Arnaud et Madeleine car les stéréotypes qui correspondent à une femme et un homme sont ici inversés.
Arnaud a une petite vie tranquille, avec un entourage sa famille qui le protège et l’enferme du reste. Il est déjà destiné à travailler dans l’entreprise LABREDE BOIS à la suite de son père avec son frère. Quant à Madeleine elle se mène la vie dur, elle s’entraîne tous les jours à survivre, elle est tenace et elle ne baisse jamais les bras. Elle pense qu’à cause de cette société de consommation la fin du monde est proche donc elle se prépare au pire.
La caméra nous aide à mieux comprendre les personnages, par exemple La caméra filme en travelling quand on a le point de vue d’Arnaud. Il bouge la tête en tous sens comme s’il était perdu. Ou la carrure imposante de Madeleine qui est mise en avant par les gros plans.Quand les personnages sont en actions la caméra suit leurs mouvements et cela deviens flous.
Il y a aussi beaucoup de jeux avec les lumiéres pour nous montrer à nous spectateurs la façon de penser des personnages. Au début on peux voir des couleurs chaudes parce que cela commence à la plage, beaucoup de soleil donc cela nous met dans une ambiance de vacances. Et un contraste entre la lumiére et l’obscurité quand Arnaud , ses copains et Madeleine reviennent de soirée. Il y à un contraste entre l’obscurité quand il regarde ses amis se baignant dans la mer et la lumiére quand il regarde Madeleine éclairer par les lampadaires.
Le bois a une trés grande place dans ce film, tout fait référence au bois. L’entreprise se son pére LABREDE spécialisé dans le bois, les tempêtes et l’orage qui font bouger les arbres et détruisent la cabanne de Arnaud, l’incendie... la surconsommation de bois. Les orages , les incendies et les tempêtes sont des métaphores pour montrer à chaque fois qu’Arnaud s’éloingne d’un de ses proches.
Ce premier long métrage de Thomas cailley est un film tout public , cela peut intéresser les amateurs de cinéma comme les profesionnels .