Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Combattants (Les)

de Thomas Cailley - France - 2013

Critique publiée par limana bellum - le 26/12/2016
Seconde 505 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (1 vote)


Nombre de visites : 17

Les Combattants, un film, une histoire, un chef-d’œuvre

Les Combattants est le premier long-métrage de Thomas Cailley. L’avantage du premier film est qu’il peut pleinement s’exprimer car nous spectateur nous n’attendons rien de lui. Il en a lui aussi profité. En effet il aurait pu faire quelque chose de simple ou un peu moins osée mais on n’aurait pas eu cette originalité et ce grain de folie qui rend cette œuvre cinématographique exceptionnelle. Ce scénario est si particulier qu’on ne peut le classer dans aucune catégorie, c’est la fois un film humoristique, d’action, catastrophe, fantastique et de survie, il est protéiforme ainsi que ses personnages. Thomas Cailley a choisi une actrice qui s’affirme car elle devient de plus en plus connue et demandée dans le cinéma, il s’agit d’Adèle Haenel qui joue le rôle de Madeleine. Et à côté nous avons un jeune homme d’une vingtaine d’années qui n’a pas ou peu d’expérience dans le cinéma. Ce jeune garçon, Kevin Azaïs, semble un peu perdu dans cet univers, ce qui fait qu’il joue le rôle d’Arnaud à la perfection. Les Combattants a une histoire qui au début paraît ordinaire pour un teen-movie mais au fur et à mesure on part dans un univers où tout est inversé. Madeleine, adolescente déterminé et qui sait ce qu’elle veut. Elle se prépare pour une éventuel fin du monde en poussant son corps dans ses limites et se fiche de ses parents et de la richesse familiales. Et Arnaud jeune homme qui vient de perdre son père. il est triste et perdu. Il compense la perte de son modèle par une forte fusion avec sa famille. Il pense vouloir reprendre l’entreprise familiale avec son frère. Son frère qui par la même occasion prend la place du père de famille.
peu à peu on remarque un rapprochement entre nos deux personnages principaux et à chaque rapprochement se crée une séparation avec leur famille, et pour nous le montrer physiquement à chaque fois qu’il se passe quelque chose il y a un éclair, une tempête ou une catastrophe. Le réalisateur profite du long-métrage pour contredire tous les préjugés sur les femmes. Oui car à notre époque les femmes et les adolescentes sont encore considéré comme des objets. Mais non ici la fille est suivie et le jeune homme est le suiveur. Le réalisateur met aussi beaucoup d’humour dans son œuvre avec notamment les personnages de Xavier et Victor qui sont les amis d’Arnaud. On pourrait les prendre pour deux fous mais quand on analyse leurs phrases on se rend compte qu’elles sont très réfléchies. Il se moque aussi de ce qui fait la force d’un pays, son armée. L’armée vue par Thomas Cailley c’est apprendre à « s’uriner dessus »ou à se jeter sur une grenade. On remarque quelques détails exceptionnels qui font du film un chef-d’œuvre, une madeleine, les poussins et d’autres que je vous invite à découvrir par vous même. Au delà de l’histoire, le réalisateur joue beaucoup avec la lumière et les couleurs. Les seuls moments où on a de très belles images avec de belles couleurs sont quand il sont ensemble dans la forêt et à la toute fin. Ce sont également les seuls moments où ils sont véritablement heureux. Ce qui montre qu’ils veulent véritablement être ensemble. Il joue aussi un peu avec la musique qui lui permet de remplacer les paroles. C’est une histoire vraiment accessible à tous, on peut passer d’un groupe d’enfants qui veut juste faire passer le temps à un adulte qui veut voir un film avec une morale ou un amateur qui veut découvrir un nouveau réalisateur à un professionnel qui s’amuse à chercher tous les détails de chaque scène. Donc on approuve et on dit merci à Thomas Cailley pour son scénario unique.

limana bellum