Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Les Combattants

de Thomas Cailley - France - 2013

Critique publiée par Babou - le 22/12/2016
Seconde 505 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 14

Les Combattants, ce film captivant et palpitant

Arnaud, jeune homme perdu, vivant avec son frère et sa mère après le décès récent de son père, s’occupe de l’entreprise familiale de menuiserie, sans grande conviction. Lors d’un combat de self-défense, où Arnaud est inscrit par ses deux amis, Victor et Xavier, il rencontrera Madeleine. Cette dernière prendra vite la place de ses amis. C’est une jeune femme bizarre, très rude avec un caractère bien trempé venant d’une famille plutôt aisée et rêvant pour son avenir, de l’armée..
Les Combattants est une réalisation à faible budget réalisé par Thomas Cailley en 2014 et nommé au festival de Cannes. Ce jeune réalisateur de 36 ans produit son premier long-métrage et engage donc de jeunes acteurs peu connus pour le faible coût de leur salaire et leur peu d’expérience qui est très intéressante dans cette production. Nous ne remarquons aucun style particulier mis à part la rencontre entre deux personnages de façon comique que l’on peut retrouver dans ses courts-métrages. Adèle Haenel interprète Madeleine, dans ce style de paroles froides et brutales. Kévin Azaïs quant à lui incarne Arnaud, un personnage perdu et doux. On peut remarquer une inversion des genres assez flagrantes. Nous traversons plusieurs catégories de films sans se raccrocher à un seul particulier.
Le scénario est quant à lui très original. Au départ, nul doute que la fin sera ainsi. Il y a beaucoup de rebondissements ce qui fait qu’il sort de l’ordinaire. Il n’y a pas énormément de plans qui retiennent notre attention , on pourra juste en retenir deux se distinguant des autres. Tout d’abord le seul fondu enchainé intervient à un moment stratégique puisqu’il apparaît au moment où les deux jeunes commencent à se connaître, que leur relation commence donc à se réchauffer et qu’ils regardent calmement deux poussins en cours de décongélation dans un four micro-ondes. Le second plan marquant s’interpose dans un passage charnière, où l’on voit Arnaud hésiter entre aller se baigner avec ses deux amis ou rentrer avec Madeleine. Il choisira finalement ses copains et en le voyant se diriger vers la mer, nous passons à un écran noir avec ce plan coupé. Pendant ce court passage on entendra Arnaud répéter plusieurs fois le mots Terre comme s’il voulait regagner cette dernière alors que sur les dernières images il se dirigeait vers la mer. Au retour de l’image il est en fait au téléphone avec l’armée.
Cette œuvre est tout public puisqu’elle peut plaire à tout le monde grâce à son originalité et à sa qualité.