Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Le Havre

Aki Kaurismäki - France - 2011

Critique publiée par Léan01 - le 22/05/2016
Seconde 502 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 8

Une aventure bouleversante

Le Havre met en scène l’histoire d’un cireur de chaussures se prénommant Marcel qui prendra soin d’un jeune garçon migrant malgré les difficultés qu’il rencontrera…
Le réalisateur nous dévoile un plan théâtral aussi bien dans les discours des personnages que dans les décors. Deux époques s’opposent : celle des années 70-80 (Maison, voitures) et l’autre contemporaine (téléphone portable, magasin).
Le jeu d’acteurs est très théâtral avec un ton lent qui permet une meilleure compréhension des paroles mais en revanche cela donne l’impression d’un texte récité sans émotion. Le spectateur se les appropries et interprète les scènes comme il le souhaite.
Le réalisateur nous montre par le biais des personnages de Marcel (André Wilms), Arletti (Kati Outinen) et de leur entourage le monde des marginaux de la société qui ne trouvent pas leur place dans cette modernité qui nous semble violente(scène de la gare, magasin de chaussures). Les acteurs des personnages secondaires : La boulangère, l’épicier le dénonciateur sont des personnages ayant eu leur heure de gloire dans les années 70-80 qui eux aussi restent coincés dans une époque révolue .La dernière scène renvoie au tableau « Impression, soleil levant » de Monet,le départ d’un bateau vers le large.
L’ironie est présente dans certaines scènes avec des paroles, des gestes, des situations improbables.
Le Havre est une ville moderne, reconstruite. Le Havre est un lieu de passage entre l’ancien et le. moderne mais aussi un lieu de transition entre la France et une meilleure vie pour Idrissa (Blondin Miguel).
Le déplacement de la caméra donne de l’importance aux scènes. Les plans fixes nous font devenir un spectateur passif alors que les scènes de travelling et de plan séquences sont très importantes. Elles permettent à l’intrigue de se développer. The Renegades Matelot a composé une musique qui suit le parcours de Marcel mais qui est interrompu par « Little Bob » un groupe de rock havrais.
Les décors sont assez rétros tout comme les personnages et le reste de la mise en scène. Il y a eu un réel effort de la part des décorateurs qui ont fait attention aux détails pour informer le spectateur de l’ambiance régnante.
Pour résumer, le film Kaurismaki soulève un problème intemporel : aider ou non les migrants ?